Longtemps, mythes et préjugés de toutes sortes ont caché au monde l’histoire réelle de l’Afrique. Les sociétés africaines passaient pour des sociétés qui ne pouvaient avoir d’histoire.

Malgré d’importants travaux effectués, dès les premières décennies de ce siècle, par des pionniers comme Léo Frobenius, Maurice Delafosse, Arturo Labriola, bon nombre de spécialistes non africains, attachés à certains postulats soutenaient que ces sociétés ne pouvaient faire l’objet d’une étude scientifique, faute notamment de sources et de documents écrits.

Si l’Iliade et l’Odyssée pouvaient être considérées à juste titre comme des sources essentielles de l’histoire de la Grèce ancienne, on déniait, en revanche, toute valeur à la tradition orale africaine, cette mémoire des peuples qui fournit la trame de tant d’événements qui ont marqué leur vie. On se limitait en écrivant l’histoire d’une grande partie de l’Afrique à des sources extérieures à l’Afrique, pour donner une vision non de ce que pouvait être le cheminement des peuples africains, mais de ce que l’on pensait qu’il devait être. Le « Moyen Age » européen étant souvent pris comme point de référence, les modes de production, les rapports sociaux comme les institutions politiques n’étaient perçus que par référence au passé de l’Europe.

En fait, on refusait de voir en l’Africain le créateur de cultures originales qui se sont épanouies et perpétuées, à travers les siècles, dans des voies qui leur sont propres et que l’historien ne peut donc saisir sans renoncer à certains préjugés et sans renouveler sa méthode.

À lire aussi :  Cameroun : Mais où sont passés les jeunes ?

De même, le continent africain n’était presque jamais considéré comme une entité historique. L’accent était, au contraire, mis sur tout ce qui pouvait accréditer l’idée qu’une scission aurait existé, de toute éternité, entre une « Afrique blanche » et une « Afrique noire » ignorantes l’une de l’autre. On présentait souvent le Sahara comme un espace impénétrable qui rendait impossible des brassages d’ethnies et de peuples, des échanges de biens, de croyances, de mœurs et d’idées, entre les sociétés constituées de part et d’autre du désert. On traçait des frontières étanches entre les civilisations de l’Egypte ancienne et de la Nubie, et celles des peuples sud-sahariens.

Certes, l’histoire de l’Afrique nord-saharienne a été davantage liée à celle du bassin méditerranéen que ne l’a été l’histoire de l’Afrique sud-saharienne, mais il est largement reconnu aujourd’hui que les civilisations du continent africain, à travers la variété des langues et des cultures, forment, à des degrés divers, les versants historiques d’un ensemble de peuples et de sociétés qu’unissent des liens séculaires.

Un autre phénomène a beaucoup nui à l’étude objective du passé africain : je veux parler de l’apparition, avec la traite négrière et la colonisation, de stéréotypes raciaux générateurs de mépris et d’incompréhension et si profondément ancrés qu’ils faussèrent jusqu’aux concepts mêmes de l’historiographie. A partir du moment où on eut recours aux notions de « blancs » et de « noirs » pour nommer génériquement les colonisateurs, considérés comme supérieurs, et les colonisés, les Africains eurent à lutter contre un double asservissement économique et psychologique. Repérable à la pigmentation de sa peau, devenu une marchandise parmi d’autres, voué au travail de force, l’Africain vint à symboliser, dans la conscience de ses dominateurs, une essence raciale imaginaire et illusoirement inférieure de nègre. Ce processus de fausse identification ravala l’histoire des peuples africains dans l’esprit de beaucoup au rang d’une ethno-histoire où l’appréciation des réalités historiques et culturelles ne pouvait qu’être faussée.

À lire aussi :  15 Livres que les Africains devraient lire

M. Amadou Mahtar M’ Bow
Extrait du Tome 1

Cliquez sur les images pour télécharger les livres correspondants

hgda1 hgda2 hgda3

hgda4 hgda5 hgda6

hgda7 hgda8

Recevez nos lettres d'informations tous les jours.

Française English

CONTRIBUEZ À CET ARTICLE

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

− 1 = 6