© chateaunews.com

Depuis l’arrestation vendredi dernier 25 août, de l’activiste panafricain Kémi Seba, placé en garde à vue au Sénégal, pour avoir brûler publiquement un billet de 5 000 F cfa lors d’un rassemblement à Dakar, des jeunes Africains se mobilisent partout pour soutenir l’activiste et la cause qu’il défend.

Dans cette vague de soutien, plusieurs jeunes Africains se prennent en photo ou en vidéo en train de brûler eux aussi des billets de banque de F cfa, en coupure de 10 000, 5 000, 1 000, …

À lire aussi :  À propos du FCFA : Réponses de POUGALA aux questions de Serge TCHAHA pour le quotidien Camerounais L'ACTU du 03/11/2011

Ces jeunes disent ainsi marquer leur protestation devant cette arrestation de l’activiste Kémi Seba, qu’ils jugent « injuste ».

kemi seba
Kémi Seba, au centre

Kémi Seba est  le président de l’ONG Urgences Panafricanistes et milite depuis plusieurs années pour la liberté des Africains : liberté économique, liberté politique, liberté mentale. Il est aussi activement engagé dans la lutte contre le néocolonialisme, une transformation moderne de la colonisation d’hier et qui se vit dans bon nombre de pays d’Afrique, particulièrement les pays francophones.

À lire aussi :  La Cemac veut tourner le dos à Paris

Concernant le F cfa qui fait l’objet de nombreuses attentions ces dernières années, mentionnons qu’il s’agit d’une monnaie coloniale battue en France et qui est en vigueur dans 14 pays d’Afrique. C’est dire que la France est chargée de battre la monnaie de 14 pays d’Afrique et donc indirectement de contrôler leur économie. Le F CFA signifiant Franc des Colonies Françaises d’Afrique sonne comme une aberration au 21e siècle, siècle où les pays Africains qui utilisent cette monnaie, se disent indépendants. Cette monnaie a été imposée d’une certaine manière à certains pays francophones d’Afrique, par la France lors de la vague générale d’indépendance qu’il y a eu dans l’histoire. Certains pays ont tenté en vain de sortir de ce système de Franc CFA sans succès avec des assassinats sans précédants. Ce fut le cas par exemple au Togo du président Sylviano Olympius.

À lire aussi :  Accords de coopération entre la France et le Cameroun

Photos : Des Fcfa brulés par des jeunes Africains

Recevez notre lettre d'informations tous les jours.

Version Française English Version

CONTRIBUEZ À CET ARTICLE

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

49 − = 47