Le 1er janvier, jour du nouvel an, a été une journée très festive auprès des brazzavillois qui ont fêté dans la joie et la sécurité totale, contrairement aux messages de dénigrement et allégations de certains congolais animés de mauvaise foi.

L’ambiance observée pendant le jour du nouvel an a été exceptionnelle dans les grandes artères de Brazzaville et dans les débits de boissons. Après la pluie tombée le 31 décembre 2017 que certains qualifieraient de bénédiction, jour du saint sylvestre, les brazzavillois ont passé la journée du 1er janvier, dans la joie grâce à la sécurité assurée par la force publique et aussi, grâce aux salaires qui ont été payés. Ces deux éléments ont permis aux brazzavillois, en particulier, et les congolais, en général de bien fêter dans l’allégresse.

Rassurés par la sécurité qui règne dans le pays et renforcée pour la circonstance, l’on a observé l’ambiance qui a été au rendez-vous comme chaque année. Les brazzavillois ont envahi les débits de boissons, seuls, en famille, en couple pour savourer cette journée inoubliable, qui marque l’entrée dans une nouvelle année. Les lieux touristiques ont été également envahi par les brazzavillois, notamment à l’esplanade de la télévision nationale de Nkombo et la corniche, ce dernier lieu emblématique pour les parents et enfants de passer les fêtes en beauté. Sans oublier les lieux des jeux pour les enfants.

La sécurité et la paix au rendez-vous, certains brazzavillois partis des quartiers plus éloignés du centre ville ont convergés à la corniche. Interrogé, M. Jean Molangui, habitant le quartier Massengo déclare

« Je suis venu avec toute ma famille sur le plus bel endroit de Brazzaville. Et il est 23 heures, cela témoigne que la paix, la sécurité règne dans la ville. Donc, les gens qui racontaient que les fêtes devraient se passer dans l’insécurité totale ont échoué dans leur plan machiavélique. »

Quand le social intervient

Fêter ou se dévergonder, cela exige bel et bien les moyens. Et les congolais (fonctionnaires) à quelques jours de la fête du nouvel an, s’interrogeaient comment allaient-ils passer les fêtes de nouvel an, au regard de la situation de crise que le pays connait ? En sa qualité de père de famille qui se souci de ses enfants, le président Denis Sassou N’Guesso a agi en vrai père de famille en créant une surprise que personne ne s’y attendait : le paiement des salaires des fonctionnaires plus tôt que d’habitude (Ndlr : 22 décembre 2017). Cet acte salvateur n’a laissé personne indifférente.

« Le président a surpris tous les monde en payant les salaires des fonctionnaires avant la date habituelle, malgré la crise que subie notre pays, le Congo. Nous ne pouvons que saluer l’acte salvateur et remercier le président Denis Sassou N’Guesso et le gouvernement pour sa volonté de satisfaire toujours son peuple »,

a déclaré M. Claude Samba.

À lire aussi :  Cameroun - Maroua : Un magistrat accusé de vol

En substance, la fête a été très belle à Brazzaville et dans le reste du pays, les congolais ont fête dans la joie et la quiétude.

Recevez notre lettre d'informations tous les jours.

Version Française English Version

CONTRIBUEZ À CET ARTICLE

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

− 1 = 6