Défilé du 11 Février à la place des fêtes de Ngaoundéré.
Credit Photo : Victor TSANANG. Défilé du 11 Février à la place des fêtes de Ngaoundéré.

« Jeunesse, multiculturalisme, paix et unité nationales », c’est sous ce thème que se célèbre cette année la fête de la jeunesse à la quelle se prête les populations de la région du château d’eau.

Pendant que le ministre de la jeunesse et de l’éducation civique Mounouna Foutsou lançait la « Onzaine de la jeunesse » à Yingui dans le département du Nkam dans le Littoral, c’est la bourgade universitaire de Dang qui a servi de cadre au lancement régional de celle-ci. Pendant près de quatre heures du temps, le public venu nombreux à l’esplanade du stade gazonné de l’installation. La cérémonie protocolaire a commencé par l’exécution de l’hymne national par la fanfare de l’Université dans les deux langues officielles, le français et l’anglais.

Le représentant du recteur de l’installation, dans son discours ponctué de deux temps forts. Dans un premier temps, il a tenu à remercier le numéro un de la région pour le choix porté sur l’installation, tout en rappelant que le campus de Dang abrite une tranche très importante de la jeunesse. Par la même occasion, il a appelé la jeunesse à se tenir la main, afin d’assurer, de stimuler en elle les valeurs morale, avec un accent particulier sur le savoir faire, le savoir être et le savoir savant. Tout ceci doit se faire en droite ligne de l’éthique déjà intégrée dans les différents parcours de ce temple du savoir. Dans le deuxième aspect de sa prise de parole,il a tenu à préciser le rôle de la jeunesse pour sa participation pour la construction d’un Cameroun exemplaire, des leaders de demain. Aussi, la création des nouveaux établissements à l’Université de Ngaoundéré témoigne de la place qu’occupe la jeunesse dans les programmes étatiques.

  Fenasco Ligue A Ngaoundéré 2018: La jeunesse brandit la bannière de l'Unité Nationale

Le délégué régional de la jeunesse et de l’éducation civique de l’Adamaoua, Bago Frédéric, dans une brève leçon d’Histoire présente le processus ayant conduit à l’adoption de la date du 11 février comme fête de la jeunesse. Il a aussi tenu à donner des éclairages sur le concept  »onzaine » de la jeunesse. Pour lui, c’est un concept développé pour offrir 11 jours d’intense activités à la jeunesse devant déboucher sur le jour de la célébration proprement dite. Il s’agit des activités sportives et culturelles, question de faire la lumière sur le génie artistique des jeunes. Il invite les à plus de responsabilités, au respect des valeurs republicaines, au respect de soi, à relever le défi placé en eux par les pouvoirs publics. Tout en exhortant les jeunes à se mettre au travail, il les invite à se libérer du joug de la recherche du gain facile.

Étienne Ludovic MBA, secrétaire général des services du gouverneur de la région, le dernier à prendre la parole précise que le choix de Dang comme lieu du lancement régional n’est pas un fait du hasard, car la jeunesse estudiantine représente une force. Il les exhorte donc à se rapprocher des centres multifonctionnels de promotion des arrondissements pour se faire enrôler sur les fichiers de l’observatoire National de la Jeunesse afin de bénéficier du Plan Triennal Spécial Jeunesse doté de 102 milliards de nos francs. Outre cet avantage, les projets structurants lancés dans la région constitue une niche d’emplois pour les jeunes. Le phénomène d’insécurité, de la culture, du trafic et de la consommation des stupéfiants a été fustigé. Les jeunes doivent dénoncer tout acte suspect. La jeunesse doit faire preuve de prudence partout où ils se trouvent. Il interpelle les jeunes sur leur rôle dans la création, le développement et la consolidation de sa pleine participation au développement du pays. L’année 2018 étant une année électorale, leur participation au scrutin est attendue, cela passe par une inscription sur le fichier électoral qui se déploie sur le terrain.

  La Rage fait rage à Ngaoundéré

En outre, le 11 février tire ses origines de la partie anglophone du Cameroun où  »l’Empire day » était célébrée en référence à la reine d’Angleterre. Ici, un trophée était mis en jeu chaque année, et les établissements se livraient à des compétitions afin de remporter celui-ci. C’est suite aux plébiscites des 11 et 12 février 1961 sur l’autonomie du northern et du southern cameroons. Le northern cameroon ayant opté pour le rattachement au Nigeria, ce qui a conduit les autorités administratives de l’époque comme une journée du deuil national par rapport à la perte de cette partie du territoire. Aujourd’hui, la fête de la jeunesse donne lieu à des manifestations culturelles et sportives, de réflexion et valorisation du talent des jeunes et des maux qui minent leur quotidien sur toute l’étendue du triangle national. Dans la ville de Ngaoundéré, le gouverneur présidera la célébration le jour J au stade Ndoumbé Oumar dans l’arrondissement de Ngaoundéré 2e.

Jean BESANE MANGAM

Recevez nos lettres d'informations tous les jours.

Française English

CONTRIBUEZ À CET ARTICLE

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

5 × 9 =