fenasco a Ngaoundéré
Crédit Photo : Boubakary Moussa, pour chateaunews.com
NEWSLETTER

Français     English

Le sport, principale raison d’être des élèves des différentes délégations venues des 10 régions du Cameroun est devenu sur place une corvée quotidienne pour ces enfants.

Certains ne se sont pas faits prier pour dénoncer le mauvais traitement par eux subit. L’un d’eux s’est confié au reporter de votre journal :

« Nous vivons dans des mauvaises conditions. Pas de prise en charge adéquate et certains d’entre nous dorment sur le ciment faute de matelas. La nourriture est mal faite et servie à des heures imprévisibles. Vraiment c’est difficile pour nous d’être performants dans ces conditions »,

a décrié cet ambassadeur d’une des délégations sous anonymat.

Dans les différentes disciplines, les performances se font maigres. La grogne des enfants se fait de plus forte. Pour compenser le manque d’eau et de nourriture, les manguiers, généreux en fruit en cette saison de récolte sont pris d’assaut. La journée de mercredi, notre équipe a surpris plusieurs groupes en plein maraudage en mi-journée. Faute de nourriture suffisante et d’eau, la débrouillardise prend le dessus plutôt que la concentration avant les jeux. Il faut compenser le manque d’énergie par des bons fruits gratuits.

Les encadreurs des délégations dans les disciplines ne sont pas épargnés par ce traitement pénible. Ils sont parfois obliger de courir dans tous les sens pour obtenir quelques bouteilles d’eau pour désaltérer les athlètes et sportifs en ces temps de chaleur dans la métropole de l’Adamaoua. Difficile d’imaginer toute une équipe de football jouer sans une simple palette d’eau et le ventre vide à certains moments. Dans les coulisses, des revendications sont faites par les enfants excédés par cet amateurisme exagéré.

Entre temps, l’interaction entre le comité d’organisation et la presse lors du lancement des activités a occasionné un conflit avec le staff technique. Les reporters qui s’approchent des enfants pour s’enquérir de leurs situations sont systématiquement refoulés pour éviter qu’ils dénoncent d’autres défaillances organisationnelles ou injustices dans la gestion des compétitions. En attendant le bilan de collecte des médailles par délégations, il ne saurait surprendre d’avoir des cas de désistement suite à la méforme, des mauvaises performances inhabituelles et des indigestions occasionnés par la qualité de l’alimentation.

+  Présidentielle 2018 : Le Département du Lom et Djérem est fin prêt pour le scrutin du 07 octobre

L’argent aurait-il fait défaut à cette organisation ou alors la mauvaise gestion des responsables a empiré les choses. Voilà des préoccupations qui taraudent les esprits des observateurs face à cette situation dramatique que traverse la 20ème édition des FENASCO Ligue A qui se jouent à Ngaoundéré. Et la motivation en prend un sérieux coup jusque dans les rangs des encadreurs qui sont passés à la caisse pour une partie des primes au quatrième jour des jeux. À leur niveau également, la crise se fiat ressentir même si beaucoup se réservent de dénoncer. À ce rythme, chacun souhaite juste pouvoir en finir et retourner à domicile, profiter d’un meilleur traitement. Pauvre sportif ! Le Cameroun pourrait-il dans de telles conditions constituer une véritable relève olympique à la base ?

La Rédaction

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

88 − = 79