enfant exploitation
Crédit photo : img.over-blog-kiwi.com
NEWSLETTER

Français     English

La sous scolarisation, la délinquance, les grossesses précoces, les mariages forcés, la corruption, sont quelques mots qui minent la jeunesse de Ngaoundal dans le département du Djerem, région de l’Adamaoua.

Connu pour sa gare qui constitue l’une des escales du chemin de fer trans-camerounais dans la région du château d’eau, la ville de Ngaoundal a mal à partir avec sa jeunesse. Le Comité Paroissial Justice et Paix de la paroisse St. Yves de Ngaoundal lance l’alerte devant l’ampleur du phénomène. Pour l’instance religieuse catholique, la gare voyageurs de Ngaoundal est le principal foyer de l’exploitation de cette franche vulnérable de la population. Devant la dangerosité de la situation, les acteurs de la société civile et du clergé se sont mobiliser pour dire « Disons non à l’exploitation des enfants ».

Selon les responsables, la présence de la gare voyageur dans la ville fait développer la délinquance juvénile. La délinquance juvénile considérée comme l’ensemble des délits mineurs et majeurs et autres déviances imputés aux jeunes de la gare et ses environs se manifestent à divers degrés : la présence des jeunes dans l’enceinte de la gare Camrail à des heures tardives de la nuit sous le prétexte plus ou moins fondé du petit commerce pour les uns et par simple promenade ou désordre pour les autres. ». Les sensibilisations engagées par divers canaux ont permis de tirer la sonnette d’alarme et susciter une prise de consciences des différents acteurs concernés.

Sauver la jeunesse, fer de lance de la nation de cette déperdition exige à coup sûr une dynamique de changement de comportement.

« L’ampleur du fléau nous interpelle grandement et toute inactivité est considérée, comme une complicité et chacun de nous doit contribuer efficacement à la lutte contre le fléau »,

indique Comité Paroissial Justice et Paix dans son dépliant de sensibilisation. L’instance religieuse engagés dans cette cause ajoute

« nous sommes tous invités à conseiller nos enfants en leur montrant que même dans la pauvreté on peut vivre sans voler, ni agresser. ».

Dans cette perspective, les parents, les responsables d’établissements autour de la gare voyageur de Ngaoundal, les autorités religieuses et traditionnelles sont priés de prendre toutes les mesures adéquates pour empêcher les élèves de sombrer dans cette spirale dévalorisante qui impacte négativement sur le développement de la ville de Ngaoundal. Le faible niveau de scolarisation, les grossesses précoces, la délinquance juvénile, entre autres, ainsi décriés doivent être réduits à leur simple expression.

+  Ngaoundéré : 9 milliards pour la disponibilité de l'eau potable

Il est question par cette initiative de « contribuer à l’éducation morale, spirituelle, éthique et intellectuelle de la jeunesse qui est considérée comme le fer de lance de la nation ». L’appel est donc lancé pour une synergie et une véritable mobilisation sociale autour de cette crise sociale dont les séquelles sont perceptibles.

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

× 2 = 16