culture Tikar, danse
NEWSLETTER

Français     English

Préservation et valorisation de la Culture du peuple Tikar, le notable WANDOP propose la tikarité comme code de conduite de son peuple.

Culture Tikar, invités

La journée du samedi 9 juin 2018 sera à jamais marquée en lettres d’or dans le cadre des activités culturelles du peuple Tikar à Ngaoundéré. En effet, les jeunes élèves et étudiants Tikar du Cameroun à travers leur branche de Ngaoundéré ont célébré le temps d’une journée la Culture de ce peuple qui prend ses sources dans la région de l’Adamaoua, et qui se retrouve disséminé dans quatre régions du Cameroun. Il s’agit notamment de l’Adamaoua où on retrouve ce peuple à Bankim (la plaine Tikar),dans la région du Centre on le rencontre à Ngambé Tikar, à l’Ouest il est établit à Magba et dans la région du Nord-Ouest il occupe la zone de Sabongari.

C’est fort de sa répartition dans quatre régions rassemblant à lui seul trois des quatre aires culturelles du pays que le peuple Tikar doit sa réputation. C’est ce qui fait dire au notable Wandop que le Tikar est une illustration du multiculturalisme et du vivre ensemble, source de richesse pour le pays. Ainsi, dans le cadre de la journée culturelle de ce peuple placée sous le thème générique : « promotion de la Culture Tikar et du vivre ensemble », plusieurs articulations ont marqué la journée du samedi. Dans le sillage des allocutions, le président de l’antenne de JEETCAM (Jeunes Elèves et Etudiants Tikar du Cameroun) de Ngaoundéré a dans son discours fait le point sur quelques activités organisées tout au long de cette année académique, et a exhorté les jeunes Tikar à la promotion de l’art et de la Culture Tikar.

Pour le représentant de la communauté Tikar de Ngaoundéré Papa Benjamin Ngadi,

« il est hors de question que les jeunes badinent avec leur Culture, car elle représente l’âme vivante de l’Homme Tikar ».

À ce gardien de la tradition de rappeler à la jeune génération qu’il demeure disponible à les accompagner jeunes dans la compréhension et l’appropriation de la Culture Tikar dans toute sa profondeur. Le discours qui aura le plus retenu l’attention du public venu nombreux à la place des fêtes de Ngaoundéré est celui du notable Wandop Charles. Pour lui :

« si le peul se montre supérieur aux autres peuples du septentrion, c’est par ce qu’il a réussi à imposer sa Culture aux autres. C’est pour cette raison que je propose le concept de la Tikarité comme code devant guider la marche des fils et filles Tikar du Cameroun et de la diaspora ».

Aussi, dira-t-il aux jeunes de toujours retourner aux sources, car ils (les vieillards) ont atteint un âge où ils n’ont qu’une seule volonté: « transmettre les savoirs traditionnels et autres valeurs propres au peuple Tikar à la jeune génération ». D’où cette exhortation formulée à l’endroit des jeunes

« Je vous demande mes chers enfants de penser à pérenniser nos valeurs culturelles qui vont bien au-delà d’une seule Nation, le Cameroun. Elle mérite d’être valorisée à l’international. Les portes du palais de la chefferie Tikar vous sont grandement ouvertes. Nous n’attendons que vous pour vous transmettre cet héritage qui n’a aucune raison de mourir ».

Culture Tikar, cuisine

Au cours de la conférence débat qui a suivi, placée sous le thème : Sauvegarde de la Culture Tikar et sa cohésion sociale. La première intervenante Anne Marie, Historienne et Sociologue retrace l’itinéraire migratoire du peuple Tikar et fait par la même occasion une esquisse inventaire du patrimoine culturel Tikar. Par rapport à la sauvegarde de ce patrimoine culturel, elle dira que cela passe par une connaissance de ce patrimoine, son inventaire, sa vulgarisation à travers les festivals et la construction des foyers culturels tikar un peu partout au Cameroun. Parlant de la cohésion sociale, elle dira que cela ne pose aucun problème, car déjà le Tikar se retrouve dans quatre régions et la cohabitation est pacifique entre lui et ses voisins ; mais les mariages intercommunautaires restent une parfaite illustration.

+  Festival Nyem-Nyem : La célébration du courage et de la fierté

Quant au représentant de la communauté Tikar de Ngaoundéré papa Benjamin, malgré la dissémination à travers le pays, les chefferies Tikars restent soudées, car à chaque sortie du chef, les danses du palais sont exécutées. Il finit son intervention par une invitation à la jeunesse Tikar de rejeter toute attitude qui consiste à ternir l’image de l’Homme Tikar. Un accent doit ainsi être mis sur les rencontres avec les chefs traditionnels et faire de la sauvegarde de la Culture un réflexe et non juste un effet de mode. Pour le notable Wandop, les jeunes doivent se rapprocher des aînés pour être initiés aux valeurs culturelles du peuple. C’est l’une des raisons qui explique la mise en avance de son concept de Tikarité.

Le dernier intervenant de cette conférence, le président national de la JEETCAM dans un savant mélange de la langue tikar et du français, le mot d’ordre reste celui de dépasser les différences afin de valoriser davantage la Culture Tikar. Cette manière d’alterner la langue tikar et le français prouve bien son ancrage à sa culture. La journée culturelle du peuple Tikar à travers la JEETCAM, antenne de Ngaoundéré a également donné lieu à la dégustation des mets traditionnels et des danses traditionnelles tikar avec à leurs côtés la présence des Bamouns, Gbaya et Bamilékés, tous des peuples voisins aux Tikars. Le rendez-vous est ainsi pris pour 2019 pour valoriser la Culture Tikar qui reste et demeure l’âme de l’Homme Tikar.

Jean Besane Mangam

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

4 × 4 =