coton sport

Le club fanion du Nord du Cameroun vient d’ajouter un nouveau titre de champion à son palmarès, déjà extrêmement bien garnit, mais demeure sur sa soif au niveau continental.

Coton sport vient de remporter le titre de champion du Cameroun à 4 journées de la fin de la saison Elite one. La victoire à la 30ème contre Uni Sport du Haut Nkam, 4-0 est synonyme de sacre pour les vert et blanc de la berge de la Bénoué. Il s’agit du 15ème titre en 21 ans, de l’histoire pour le club coaché actuellement par Bertin Ebwele, décroché à 4 journée de la fin du championnat. En effet même si Coton Sport perd tous ses 4 matchs il sera champion grâce au goal avérage particulier pour avoir battu son poursuivant immédiat, UMS de Loum en aller (0-1) et retour (4-1) et qui est relégué à 12 points.

Fondé en 1986 suite à la descente en 2ème division de l’Étoile Filante de Garoua, Coton Sport accède en 1ère division à l’époque à l’issu de l’inter-poule 1992. Depuis sa monté dans l’élite camerounaise, les cotons-cultureurs ont marqué de leur empreinte le football et renforcer leur hégémonie sur le championnat local. Aujourd’hui dirigé par le tandem Sadou Fernand et Hamasselbé, le club a été repris à la Société de développement du Coton par la mutuelle des agents de la SODECOTON. L’équipe fanion du Nord compte à son actif 15 titres de Champion du Cameroun, 6 coupes du Cameroun et 2 finales des compétitions africaines.

  Mani Bella vous réserve son paradis dans les tous prochains jours.

Palmarès et paradoxe

Le club fanion de Garoua survole le championnat camerounais depuis 1997 mais ne parviens pas à décrocher un titre sur la scène continentale. Coton Sport traîne ce fardeau de géant au pied d’argile africain. Sauf que le problème est contextuel et surtout dû au niveau très bas du championnat national.

Depuis 3 ans, Union de Douala, UMS de Loum et Eding de la lekié ont été champion du Cameroun mais n’ont pas réussi à franchir l’étape symbolique des préliminaires des coupes africaines, contrairement à coton qui est habitué des phases de poule.

Pour faire taire ses détracteurs,

« le club de Garoua ne doit plus se contenter de la rhétorique rempoter toutes les compétitions nationales et aller le plus loin possible en coupe africaine, mais chercher à briser le signe indien pour hisser le club au firmament du football africain »,

indique un responsable.

Recevez nos lettres d'informations tous les jours.

Française English

CONTRIBUEZ À CET ARTICLE

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

21 − 17 =