BIR
BIR - Bataillon d’Intervention Rapide
NEWSLETTER

Français     English

Six éléments de force de défense camerounaise faisant partie d’une unité d’élite du Bataillon d’Intervention Rapide (BIR) ont affronté les redoutables coupeurs de route dans l’arrondissement de Martap.

Un otage laissé sur le carreau, 5 autres libérés, 3 sont toujours en captivité et un militaire gravement blessé. Voici le bilan des violents combats du 30 juillet dernier entre les insurgés et l’armée camerounaise. La descente musclée du BIR fait suite à l’incursion des insurgés dans cet arrondissement du département de la Vina, qui ont pris en otage 9 éleveurs. Ayant reçu des renseignements précis de l’endroit où se trouve ces « zarguina », 6 militaires lourdement armés débarquent sur les lieux. Mal leur en a pris. C’est sur des brigands surarmés munis des kalachnikovs et de mitraillettes qu’ils sont tombés.

Après plus d’une heure de combat, les insurgés réussissent l’exploit de tenir à distance l’armé camerounaise. Suite aux échanges nourris des tirs entre les deux partis, les coupeurs de route blessent un militaire et exécutent un otage avant de prendre la clé des champs en emportant avec eux 3 otages. Le militaire gravement blessé est interné à l’hôpital régional et se trouve dans une situation critique. Alors que l’otage exécuté, nommé Mamoudou laisse une veuve et deux enfants. Après avoir été délogé de leur fief du département de Rey, les insurgés armés sans foi ni loi sont concentrés dans cette partie de la région où ils sèment panique, terreur et désolation.

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

86 + = 87