cameroun
NEWSLETTER

Français     English

Partager cet article / Share this post
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Adamaoua est une région vaste et splendide, gâtée par la nature qui à forgée des reliefs  uniques et favorisée un vaste réseau fluvial, une terre où cultures et traditions se côtoient au quotidien dans des échanges multiformes.

La région de l’Adamaoua est une des dix régions du Cameroun. Elle est frontalière avec le Nigéria à l’Ouest et la République centrafricaine à l’Est. Elle s’appelle officiellement « région de l’Adamaoua », un décret présidentiel de 2008 ayant remplacé le terme de « province » par celui de « région ». Cette zone montagneuse marque la frontière entre le Cameroun forestier du Sud et les savanes du Nord. D’une superficie de 6 369 100 ha = 63 691 km2, une démographie de 723 626 habitants et de densité 11,4 hab./km2, l’Adamaoua est la troisième région du Cameroun par sa taille comptant 05 départements Djérem, Faro-et-Déo, Mayo-Banyo, Mbéré, Vina.

Climat
L’altitude élevée de la région donne un climat relativement frais compris entre 22 et 25 degrés. Dans le sud de la région, c’est un climat équatorial de type guinéen avec quatre saisons : une longue saison sèche de décembre à mai, une petite saison humide de mai à juin, une petite saison sèche de juillet à octobre, et longue saison des pluies d’octobre à novembre.
Sur les plateaux de l’Adamaoua, le climat est de type tropical soudanien. Il y a seulement deux saisons : la période sèche va de novembre à avril puis vient la saison humide. Les précipitations moyennes annuelles sont de 900 mm à 1 500 mm et diminuent davantage au nord.
Le troisième type de climat au sud-ouest de l’Adamaoua (département du Mayo-Banyo) est un climat équatorial de type camerounais. Les précipitations vont de 1 500 mm à 2 000 mm par avec une longue saison sèche suivie d’une longue saison des pluies.

Groupes ethno-linguistiques

Les groupes ethniques de l’Adamaoua peuvent être catégorisés par langues.

Langues bantoues du sud :

langues

Répartitions géographiques des groupes ethniques de la région de l’Adamaoua
Le premier groupe ethnico-linguistique est le groupe des ethnies à langues Bantous du sud. Ce sont principalement les ethnies suivantes :

    les Ndoros

    les Sugas

    les Vutes

    les Mambila

 & nnbsp;  les Konja

    les Tikars

Langues de l’Adamaoua :
Les ethnies locutrices de langues de l’Adamaoua constituent le second groupe ethnolinguistique. Les quatre ethnies principales sont :

    les Kutins

    les Kalis

    les Mboums

    les Diis

Langues de l’Oubangui :
Un seul groupe ethnique peut être classé dans cette division : les Gbayas.
Langues sénégambiennes :
Une seule ethnie peut être classée dans ce groupe, les Fulbés, aussi appelés Peuls ou Fulanis ou Bororos. Ils représentent un fort pourcentage de la population de la région.
On peut les diviser en deux sous-groupes :

    les sédentaires

    les nomades (aussi appelés Bororo).

Religion

L’islam est la religion dominante de la région de l’Adamaoua, notamment au sein de l’ethnie Peul. Avec l’arrivée des colons, plusieurs peuples ont été convertis au Chistianisme. Néanmoins, beaucoup d’ethnies conservent cependant des traditions animistes ou païennes, particulièrement dans les montagnes près de la frontière.

Flore et Phone
Dans le sud, c’est la savane guinéenne, une zone transitoire entre le sud forestier du Cameroun et le nord désertique. Sur le plateau lui-même, il y a de la savane, bien qu’elle soit moins boisée. La couverture d’herbe est consistante et épaisse, et la végétation originale survit toujours dans les vallées fluviales.

Parc et Reserve
L’Adamaoua compte deux réserves nationales : le parc national du Mbam et Djerem (4 165 km2 à cheval sur les régions de l’Adamaoua et de l’Est) et le parc national de Boubandjida (à cheval sur les régions de l’Adamaoua et du Nord).

 

Relief

De puissantes forces géothermiques ont façonnées l’Adamaoua. La région commence au sud en tant qu’élément du plateau du sud du Cameroun. La terre se lève doucement et inégalement jusqu’à environ 6 degrés nord de latitude. A cette latitude commence le plateau d’Adamaoua qui se situe entre 1 000 m à 2 000 m d’altitude (environ de 1 100 m en moyenne) et qui s’ étend du Nigéria à la République centrafricaine. L’altitude plonge à 500 m dans les vallées du Djérem et du Mbéré et au nord de Ngaoundéré. Les monts Gotels sont au nord des monts Mabila le long de la frontière avec le Nigéria. Toutes ces montagnes font partie de l’arête du Cameroun. Le Tchabal Mbabo, dans les monts Gotel, est le sommet le plus élevée à 3 400 m.

L’Adamaoua dont le chef lieu est Ngaoundéré dans le département de la Vina se compose de deux entités culturels qui forme l’ensemble du socle traditionnel : les peuples Autochtones et les Islamo peuhl venus s’installés sur ces terres au cours des conquêtes islamiques. Leur présence aura modifié profondément  l’art de vivre local, les tenues vestimentaires,  l’expression et l’organisation sociale malgré la conservation de certains aspects.                

Les activités menées sont l’activité pastorale avec l’élevage des bovins dont l’Adamaoua compte le plus grand cheptel du Cameroun et l’activité agricole très diversifié constituée de céréales, tubercules, légumes entres autres. La richesse du sol, la variation du climat et la multitude de relief son dues au fait que l’Adamaoua constitue le centre de dispersion des grands fleuves du Cameroun.

De l’autre côté la multitude de peuples autochtones est le fait de sa situation géographique en sa qualité de carrefour de cultures et de traditions. On y trouve notamment : Les Peuhls (foulbés), Mboums, Gbayas, DOURO US(Dii), Koutinés, Baboutés, Nyem-Nyem, Tikar etc.   Auxquelles se mélangent les peuples qui ont migrés des autres régions (Bamilékés, Kaka, Bassa, Toupouri, Béti, Failli, et bien d’autres) qui font de l’Adamaoua un lieu de brassage culturel par excellence.

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

73 − = 70