aes
NEWSLETTER

Français     English

Partager cet article / Share this post
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les populations ont connus des moments d’obscurité et de délestages forcés les journées 16 et 17 décembre derniers non sans lourdes conséquences.
Après un long weekend on a bien besoin de démarrer la semaine en trompe. En cette troisième semaine du dernier mois de l’an 2013, mais c’est sans compter la surprise que réserve la Société de distribution d’énergie électrique AES Sonel aux usagers. Beaucoup étaient encore à se préparer, qui à repasser ou à chauffer l’eau pour le bain en cette période de froid. La ville de Ngaoundéré et ses environs a été brutalement sevrée d’énergie de 6h à 18h pendant la journée du lundi sans que nul n’en sache la raison. Sans information et sans gène, le fournisseur récidive le mardi suivant. Les activités sont aux arrêts, le travail piétine et les transactions sont bloquer par manque de jus dans les services. L’action connait des prolongations dans nocturnes dans plusieurs quartiers de la ville.
Les dégâts sont considérables dans les ménages en cette période d’avant fête. Plusieurs citoyens ont vus leurs appareils hors d’usage suite au choc électrique occasionné par l’instabilité du courant. Pire les aliments ont subis la déconfiture dans les congélateurs et réfrigérateurs. Les points de vente des produits vivriers et congelés sont les plus affectés par la situation. Les poissonneries ont démarrés les générateurs d’énergie alternative pour préserver les stocks. Beaucoup de commerces ont connu des pertes considérables faute d’énergie et dont de services. Dans ces situations, les clients se font rares. Quand bien même ceux-ci peuvent être servis par des astuces, le coût connait une flambée dont on ne peut échapper.
Ce qui fâche, c’est que la Sonel durant toute la durée de la situation s’est enfermée dans un mutisme. Les responsables étaient introuvables pour échapper aux questionnements des citoyens aux aboies. Les agents rencontrés se défendaient par des réponses aussi incertaines que vagues. Aucun personnel ne pouvait expliquer avec précision le problème. De tout ce qui s’est dit, la panne se trouverait au barrage de Lagdo à Garoua, région du nord. La posture irresponsable de l’entreprise s’est prolongée bien après le rétablissement de l’énergie. Aucune communication n’a été faite, ni pour s’expliquer, encore mois pour s’excuser du tors causer. En somme Aes Sonel s’en fou du moment où elle encaisse ses paiements à la fin du mois. Allez dire, c’est la loi du monopole absolu.

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

5 × = 20