Dossier Tapis Rouge KADRY YAYA, vice président Tabital Pulaaku international

KADRY YAYA, vice président Tabital Pulaaku international

-

- Advertisment -

« Pour une première, la journée internationale de la vache de Ngaoundéré est une réussite. »

Monsieur le président vous étiez au centre de cette organisation sur le sol camerounais, votre sentiment ?
Je suis très heureux de ce que la fête est eue lieu comme annoncé à Ngaoundéré sans gros incident. Nous somme très satisfait de ce qui s’est fait et dit au cours de cette célébration qui a réunis les peuhls du monde entier chez nous. C’est l’occasion de féliciter tout le comité d’organisation qui a travaillé, les habitants de Ngaoundéré, les autorités et les élites de l’Adamaoua pour leur précieuse assistance.

Pouvez-vous préciser ici les objectifs de cette manifestation ?
Les objectifs tournent autour des missions de l’association internationale Tabital Pulaaku internationale qui en est le promoteur. Il est question de promouvoir la langue et la culture peulh, favoriser son rayonnement en encourageant les échanges entre les ethnies et les nations l’étude du fulfuldé, promouvoir l’uniformisation de la transcription et la modernisation du fulfuldé, promouvoir la culture peulh dans toute ses composantes, entre autres. L’une des innovations est le lancement du fond de solidarité qui permettra à notre organisation de s’affirmer sur le front social lors des catastrophes au plan international.

Faut-il seulement attendre de telles occasions pour voir les peuhls se réunir ?
Pas du tout, les peuhls se retrouvent régulièrement à diverses occasions. Dans la tradition de notre association, on fait chaque fois des réunions tournantes. Le mois d’août dernier, notre commission conflit et pastoralisme nous a réuni à Ouagadougou pendant 4 jours. Concernant cette première édition de la journée internationale de la vache, elle découle des resolutions du 10 e anniversaire de Tabital Pulaaku tenu le 18 décembre 2012 au Nigeria.

Comment avez-vous apprécié le séjour de vos hôtes à Ngaoundéré ?
Mon sentiment est que du point de vu du programme qui avait été établi, le calendrier des manifestations a été respecté. Il y a de quoi se réjouir même si c’est aux visiteurs d’attribuer la note. Évidement dans une grosse organisation comme celle-ci, les frustrations ne manquent pas, nous demandons d’avance l’indulgence des participants.
Une idée des pays qui ont répondu présent à cette édition ?
Il y a eu une forte mobilisation des peuhls d’Afrique et de la diaspora. On a eu le Cameroun, la Mauritanie, le Sénégal, la Gambie, la Guinée Conakry, le Mali, le Togo, le Niger, le Nigéria, Tchad, la diaspora du Gabon, la diaspora du Congo Brazzaville, la diaspora du Moyen Orient, entre autre. Nous avons enregistré 17 délégations au rendez vous de Ngaoundéré. De quoi se réjouir de la forte mobilisation peuhle vécue par tous.

A quand la prochaine édition de la journée internationale de la vache ?
Le bureau de Tabital Pulaaku doit s’assoir et évaluer les demandes déposer par les membres pour décider de qui organise et quand ? Dans le trimestre qui suit, nous allons évaluer cette première édition, faire les critiques et arrêter le pays qui va recevoir l’édition 2014. Je ne peux rien dire à propos maintenant. Mais pour l’édition 2013, le Cameroun, le Nigéria et le Niger étaient en compétition pour l’organisation. J’imagine que les autres postulants vont batailler pour accueillir la prochaine fête internationale de la vache.

blank
chateaunews.comhttps://chateaunews.com
La rédaction de www.chateaunews.com

LES PLUS LUS

- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you

×