adn
NEWSLETTER

Français     English

Partager cet article / Share this post
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À L’ère de l’informatique, les humains génèrent une énorme quantité de données numériques qui doivent être stockées pour rester accessibles. Les scientifiques espèrent révolutionner les méthodes de stockage numérique actuelles en imitant un système bien supérieur et qui se trouve dans la nature : l’ADN.

L’ADN, présent dans les cellules vivantes, renferme des milliards d’informations à caractère biologique. « L’ADN […] que nous pouvons extraire d’os de mammouths laineux […] est toujours exploitable, explique Nick Goldman, de l’Institut européen de bio-informatique. L’ADN est aussi étonnamment petit et dense et n’a pas besoin d’électricité pour être stocké, donc il est facile à conserver et à échanger. » L’ADN pourrait-il stocker des données produites par l’homme ? D’après les chercheurs, oui !

Des scientifiques ont synthétisé de l’ADN en encodant du texte, des images et des enregistrements audio, un peu comme un support numérique stocke des informations. Nick Goldman et d’autres chercheurs ont ensuite réussi à décoder les données sans commettre une seule erreur. Les scientifiques pensent qu’on arrivera, grâce à cette méthode, à stocker les données de 3 000 000 de CD dans 1 gramme d’ADN de synthèse, et qu’elles pourront être préservées pendant des centaines, voire des milliers d’années ! En théorie, on pourrait utiliser ce système pour stocker la totalité des archives numériques du monde. C’est pourquoi on a surnommé l’ADN « le disque dur du futur ».

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

15 + = 20