mangue1
NEWSLETTER

Français     English

Lecture/Read : 1 min

Le jeune Saïbou à 17 ans trouve la mort à l’hôpital après une chute d’un manguier au quartier résidentiel.  

La saison de mangue et tous ses aléas est de retour à Ngaoundéré.
La cueillette règne en activité principale et constitue une source de revenue pour les amoureux  de ce secteur. Mais les choses vont mal tourner pour Saïbou, jeune homme de 17 ans qui va trouver la mort après une chute alors qu’il était en pleine cueillette avec ses amis. Le reste de l’équipe effrayé et désemparé,  prend la fuite le laissant  tout seul face à son sort.
La police, alertée par un passant le conduit aux urgences de l’hôpital régional mais hélas, l’incompétence aura une fois de plus raison dans nos hôpitaux. Aucun soin convenable ne lui est administré et aucune radio n’est non plus faite.

Herman, patient présent sur les lieux nous rapporte les faits : « la police est arrivée aux environs de 8h transportant un accidenté. Le malade est conduit aux urgences où nous attendions tout de même des soins. Il avait un bras fracturé et y portait un garrot. Allongé dans son lit, il avait l’air d’un cadavre, son pied pendait, le bras allait dans tous les sens pourtant, on ne l’entendait point gémir. Une des infirmières s’écriât « ce gars blague avec son bras, il ne veut pas guérir »  c’est une stagiaire qui viendra en effet constater un corps glacé près pour la morgue. Nous étions déjà  rendu à 11 quand ce constat a été établi ». Une situation qui laisse perplexes les patients qui tout de même se plaignent du trafic clandestin des produits médicaux.
Où vont nos hôpitaux ? La question préoccupe nos populations car nul n’est à l’abri d’un malaise.

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

8 × 1 =