chronik
NEWSLETTER

Français     English

Lecture/Read : 1 min

Les habitants de l’Adamaoua sont sur le coup d’une série de faits tragiques ces dernières semaines qui marquent les esprits.

Une crise de jalousie est à l’origine de la bagarre tragique qui s’est soldée par la mort du nommé Laminou dans la journée du vendredi 04 Avril dans la ville de N’Gaoundéré.   L’incident s’est déroulé dans le quartier Djalingo, quartier situé tout juste derrière la station de train de la ville. Les deux hommes sont en effet des amis de longue date. L’un est détenteur d’un tourne dos et l’autre, un client habituel comme quoi « Notre nkap, on le garde pour nous !».
Mais cette amitié n’aura pas de longues jambes et pour cause : une femme. Salamatou, puisqu’il s’agit d’elle, est cuisinière et serveuse dans ledit tournedos et objet de convoitise des deux amis. « Ce jour-là, Mohamadou passait rendre visite à son ami comme de coutume mais à sa grande surprise, Sala est sur les lieux. Pris de jalousie parce que évincé au profit de son ami célibataire, Mohamadou homme marié et père de trois enfants arbore sa  machette et expédie Laminou en cadavre dans les locaux de l’hôpital régional » nous explique Eléonore, résidente à Djolingo.
Le secteur est aujourd’hui fiché et reconnu dangereux à cause des multiples actes meurtriers perpétrés soit par les habitants, soit par des agresseurs étrangers. « Nous ne sommes plus en sécurité dans ce quartier. Les cas d’agression et de meurtre sont monnaie-courante et très souvent des corps sont retrouvés sur les rails. Nous exhortons l’autorité compétente à nous venir en aide, car nous craignons pour nos vies et pour nos enfants » nous relate Maïramou, habitante du quartier. L’affaire est entre les mains de l’autorité judiciaire qui entend appliquer au cas présent la sanction prévue par les textes en vigueur.

+  Jean Paul Pougala : Ce que les occidentaux n'ont pas compris de l'économie moderne imposée par la Chine



Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

− 4 = 3