rechauffement climatique
NEWSLETTER

Français     English

Partager/Share
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Les gaz à effet de serre sont à l’origine de cette poussée de chaleur qui perturbe l’équilibre de la planète. »

 « Elevez votre voix, pas le niveau de la mer » est l’orientation donnée pour contribuer à construire une planète plus vivable et moins instable. Les manifestations de la 42ème journée mondiale de l’environnement se sont déroulé le 5 juin à Ngaoundéré comme partout d’ailleurs. Il s’est agit d’attirer l’attention sur l’impact du réchauffement climatique et le phénomène de la monté des eaux qui menace la planète.  Les acteurs de l’Adamaoua solidaire autour de Saïdou Sidiki, délégué régional Environnement ont contribués à rechercher des solutions locales.

 

Manifestations
La situation n’est pas sans conséquence dans la région. Les méfaits se décline par la réduction de la pluviométrie, l’assèchement des cours d’eau, la réduction des pâturages, l’envahissement de la savane par les forêts, le dérèglement des saisons qui perturbe le calendrier cultural, la désertification qui favorise l’avancé du désert, entre autres conséquences. Les feux de brousse tardif, pratique très courante, participent à entretenir le phénomène. L’embrasement des vastes étendues de savane dure parfois des jours, souvent des semaines. Quand il y a feu, il y a combustion et émanation du CO2 avec son corolaire de dégât sur l’atmosphère. « Le dioxyde de carbone est produit par les industries et les pollutions. La montée des eaux, les catastrophes et disparition des îles en sont quelques unes des conséquences.», confie Pr Michel Tchotchoua enseignant à l’université de Ngaoundéré.  

 

Le plastique au banc des accusés
Résoudre le problème écologique qu’est la gestion des déchets plastique est une urgence du moment. Non seulement la matière plastique empêche l’infiltration des eaux, cause la mort du bétail, mais surtout met trop longtemps à se dégrader dans le sol. « La matière plastique contribue pour beaucoup au réchauffement climatique. Les plastiques servent de combustible aux femmes, on  les brule après emploi ou dans les décharges,  certains incendient des roues pour extraire des ferrailles, entre autres pratiques…», précise Nyemeck Zacharie Richard Ingénieur en chimie industrielle.  

 

La formule 3RV s’impose
Les spécialistes préconisent la méthode 3RV comme thérapie écologique. Cela revient à la « Réduction » (utilisation rationnelle des plastiques), le « Ré-emploi » (réaffectation à d’autres usages), le Recyclage (trouver une nouvelle existence aux matières usagers) et la Valorisation (redonner vie dans la norme). D’autres solutions plus durables se trouverait selon les environnementalistes dans l’utilisation des énergies renouvelables, la  biomasse thermique, l’adoption de la résine, la consommation des produit locaux, la réduction des feux de brousse, la diminution du taux d’émission de CO2…  Mais de manière unanime, un changement de comportement des citoyens est préconisé, à travers des gestes responsables, pour que les voix s’élèves plus que le niveau de la mer.

 

Les états insulaires menacés par les eaux
Le globe terrestre regorge de nombreuse îles et zone insulaires. Plusieurs de ces zones ont pour niveau le plus haut 3m au dessus de la mer.  Des faits qui démontrent la fragilité de la survie de ces petits bouts de la terre.  Cette célébration coïncide avec l’année des Etats insulaires prévue en décembre 2014 jette un faisceau de lumière sur la sérieuse menace de disparition qui pèse sur ces terres. En 2006, une île a disparu au large de l’Inde. Un cas qui n’est pas isolé car le niveau de l’eau monte dangereusement vite. Le Cameroun est pleinement concerné par la thématique actuelle. Le pays partage 300 mètre de côte et détient plusieurs îles telles Manuka, Malimba, etc. Le quartier Wouri de Douala connait davantage d’inondations. La région du château d’eau, source des fleuves, ne saurait être à l’abri des désastres. Les cours d’eau tarissent avec la disparition de nombreux lacs à travers le pays. Des faits qui rappellent que malgré notre situation de pollueur passif nous sommes plus que affecté par le réchauffement climatique.

VIENT DE PARAÎTRE...


journal numérique chateaunews

EN KIOSQUE (NOUVEAU)

Téléchargez et lisez le numéro 42 de votre Journal CHATEAUNEWS version digitale.

La sanction des urnes dans l'Adamaoua / Ambitions et réactions des acteurs du vote du 9 février / Les échos du vote au Cameroun / Le prince du Sahel Babadjo est libre...

JE TELECHARGE

VOIR TOUTES LES ÉDITIONS

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

− 7 = 3