fescarhy
NEWSLETTER

Français     English

Partager/Share
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La 15ème  édition du festival international de caricature et d’humour de Yaoundé (FESCARHY) à révélé du 02 au 07 juillet les valeurs de la caricature africaine  sous le thème « Une vie de Crayon, une vie d’Humour ».

Cela fait quinze ans que l’aventure propose à voir les talents de la caricature camerounaise et africaine. Au fil des éditions, l’événement est devenu une plateforme incontournable de rencontres et d’échanges entre les professionnels camerounais, africains et européens. Les participants sont venus de plusieurs horizons.  Plus de 15 pays ont pris part aux manifestations en apportant au passage leur couleur à l’événement. Pour cette édition, la 15ème, il y a eu de l’art, du rire, mais surtout de la couleur. Comme tout événement de cette  trempe, le solennelle s’est mêlé aux expressions artistiques. Dès l’ouverture officielle présidée par le Secrétaire General du Ministère des Arts et de la Culture le 3 juillet, l’on a pu apprécier l’immensité du potentiel de cette branche de l’art. Il n’est plus à démontrer que le métier s’est enraciné au berceau de nos ancêtres.
Pour associer action et réflexions, plusieurs échanges ont ponctué cette 15e édition du FESCARHY. « Caricature et humour, défenseurs ou pourfendeurs de la démocratie » est le thème qui a fait l’objet d’une conférence animée par le DR Lent le 03 juillet à la Centrale de lecture publique de Yaoundé. Le docteur John A. Lent pionnier en matière d’études des moyens de communication internationale et des médias du Tiers-monde, Timma Olivier professeur d’Art à l’institut des beaux-arts de Foumban et Issa Nyaphaga caricaturiste-peintre ont composé le panel sous la modération de François Bingono Bingono. « En Afrique, la caricature éduque et réveille les consciences. Au Sénégal par exemple, elle a été utilisée pour dénoncer les abus. » déclare DR Lent.
Après les difficultés d’arrimage avec les politiques dans les années 90, la caricature vit depuis 20 ans ses heures de gloires avec des vitrines reconnues et parutions régulières. Pour DR Lent, son rôle positif au sein de la société n’est plus à démontrer. Instrument de sensibilisation, d’interpellation et d’échange autour des maux de la société, la caricature ne se fait jamais prier pour exhiber ses images chocs. Les presses locales ne nous démentirons point.  L’édition 2014 placée sous le thème « Une vie de Crayon, une vie d’Humour », vient illustrer l’ardeur de ces acteurs prêts à tout pour informer et dénoncer par le dessin.
La caricature est devenue une véritable arme qui réveille les consciences, éduque les populations et informe sur les faits, précise Martial N., fin critique. Plusieurs expositions ont nourri la curiosité des uns et des autres. L’exposition sur la Croix du FESCARHY 2014 relatant le parcours dudit festival depuis l’année 1998 ainsi que celle des Femmes d’Impact relatant le parcours d’une cinquantaine de femmes ayant impacté le Cameroun dans divers domaines tels que la politique, l’économie, les sciences, le sport et la culture. Toutes ont révélé l’encrage de l’art de la caricature dans l’air du temps.
Des sommités de l’humour et de la caricature à l’honneur
A chaque métier ses leaders et ses génies. Le  FESCARHY 2014 n’a pas dérogé à la règle d’or de dérouler le tapis rouge aux grand acteurs. En rendant un hommage particulier au caricaturiste international camerounais Ezzat El Dine et à l’humoriste Me Mystero ; le comité d’organisation a tenu à rendre vivante la mémoire de la caricature.
Les deux hommes ont un parcours hors du commun dans le domaine. Directeur du journal  « Le satir’hic », Ezzat El Dine  a pendant onze années animé la presse burkinabè au sein du tabloïde « Journal du midi » aux cotés du franco-burkinabé Damien Glez. En 2002 de retour au Cameroun, il met à contribution l’expérience puisée au pays des Hommes Intègres pour lancer son journal. A la fois illustrateur, peintre, musicien, infographiste et journaliste, l’excellent touche-à-tout exprime à 50 piges sa parfaite harmonie de talent pour un savoir-faire rare.
L’humoriste Maître Mystero n’est pas de moindre dans cet univers. Ses multiples casquettes, il les gère entre les salles de cours, les studios et les scènes de spectacles. Artiste, inspecteur pédagogique et professeur de lycées également, il a su composer la pédagogie avec l’art. La dédicace de sa dernière collection de plaidoirie démontre de sa verve généreuse. Comédien avant d’embrasser la carrière d’enseignant, il lui a fallu très vite faire le distinguo entre le comédien et l’enseignant face aux élèves. Socialement, c’est un homme ouvert et discipliné qui inspire le respect.

VIENT DE PARAÎTRE...


journal numérique chateaunews

EN KIOSQUE (NOUVEAU)

Téléchargez et lisez le numéro 42 de votre Journal CHATEAUNEWS version digitale.

La sanction des urnes dans l'Adamaoua / Ambitions et réactions des acteurs du vote du 9 février / Les échos du vote au Cameroun / Le prince du Sahel Babadjo est libre...

JE TELECHARGE

VOIR TOUTES LES ÉDITIONS

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

8 × 1 =