Société Santé L’hépatite, cette tueuse silencieuse

L’hépatite, cette tueuse silencieuse

-

- Advertisment -

L’hépatite vous connaissez ? Très peu de personnes répondront pas l’affirmative, pourtant l’hépatite fait désormais partie de ses maladies prioritaires au Cameroun au même titre que la tuberculose, le paludisme et le ViH/sida.

Au Cameroun, à l’occasion de la journée mondiale de l’hépatite le juillet dernier, le Ministre de la santé André Mama Fouda a fait part des chiffres alarmants de cette maladie dans notre pays. Selon les statistiques de la société camerounaise de gastroentérologie.
L’Hépatite A touche 5 à 6% de la population nationale camerounaise, 10% pour l’Hépatite B et 12 à 13% pour l’Hépatite C. C’est ainsi près de 4,5 millions de camerounais qui sont infectés. Les chiffres des hépatites D et E les chiffres sont inconnus.
Les hépatites sont des maladies du foie caractérisées par l’inflammation et la mort des cellules hépatiques. D’après le Docteur Nyong Eyong, il existe différents types d’hépatites dont celles dites virales, toxiques, médicamenteuses, aigüe alcoolique, aigües bactériennes ou parasitaires.
Les hépatites virales, A, B, C, D ou E, sont très fréquentes. D’autres virus peuvent aussi provoquer cette maladie. C’est le cas du virus d’Epstein-Barr et le Cytomégalovirus (infectant les cellules sanguines).
L’hépatite A est causée par le virus A. La contamination se fait par la voie digestive, notamment par les aliments et l’eau contaminés par les matières fécales ainsi que par la consommation de fruits de mer. Le temps d’incubation est de 15 à 45 jours. C’est la forme la plus anodine, car elle est la seule qui n’évolue pas vers la chronicité. Néanmoins chez certains patients âgés elle peut se révéler mortelle.
L’hépatite B est causée par le virus B, transmis par voie sanguine (transfusion sanguine de sang contaminé ou lors d’usage de seringues contaminées chez les toxicomanes notamment), sexuelle et salivaire. Elle peut devenir chronique et se transformer en cirrhose ou en cancer.
L’hépatite C est causée par le virus C, transmis par voie sanguine (transfusions, hémophiles, toxicomanes, hémodialysés, transmission sexuelle ou par voie placentaire possible, mais rare). Dans la majorité des cas, l’hépatite C évolue vers la chronicité.
L’hépatite D est causée par le virus D, transmis par voie sanguine ou sexuelle. La présence du virus de l’hépatite B est nécessaire pour que l’hépatite D puisse se développer. Il peut s’agir d’une co-infection (la personne s’infecte simultanément avec le virus B et le virus D) ou d’une surinfection (la personne est déjà porteuse du virus B et s’infecte avec le virus D, d’une manière tardive). Elle devient chronique et évolue rapidement vers la cirrhose.
L’hépatite E est causée par le virus E, transmis par voie orofécale. Elle est souvent aiguë et bénigne sans forme chronique. Cependant, la mortalité est la plus grande chez les femmes enceintes.
On peut noter aussi les hépatites F et G, mais elles sont très rares. Les hépatites toxiques ou médicamenteuses sont des hépatites induites par l’ingestion de certaines substances médicamenteuses ou non. Ces dernières provoquent une destruction du foie pouvant être très importante. C’est le cas de l’amanite phalloïde (champignon vénéneux). Il s’agira dans certains cas des médicaments comme le paracétamol,il faut donc les consommer avec modération et de suivre les posologies prescrites.
L’hépatite aiguë alcoolique est une sorte d’hépatite toxique, induite par l’alcoolisme. Elle entraîne une cirrhose et une destruction massive du foie.
L’hépatite aiguë bactérienne ou parasitaire peut survenir suite à certaines maladies, comme la tuberculose ou la bilharziose. Certains germes opportunistes peuvent provoquer une hépatite aiguë bactérienne chez les sidéens.
Les hépatites chroniques. C’est une hépatite qui dure depuis plus de 6 mois. Elles peuvent être dues aux virus (surtout les hépatites B et C), ainsi qu’aux médicaments. Notons l’existence d’une hépatite chronique dite auto-immune, surtout présente chez la femme jeune. Il y a dans ce genre de cas, une production d’auto-anticorps, dirigés contre le foie.
Heureusement il existe un traitement pour la plupart de ces hépatites, il est certes long mais efficace.

 

Salma Amadore, avec l’aide du Docteur Nyong Eyong, médecin généraliste.

Source : Chapchapmag

blank
chateaunews.comhttps://chateaunews.com
La rédaction de www.chateaunews.com

LES PLUS LUS

- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you

×