hysacam
NEWSLETTER

Français     English

Share this

Sylvain Mbiaga Chef d’agence de la société Hysacam soupçonné d’avoir perçu environ 40 millions  des responsables de Dragage pour le déversement des déchets industriels dans les bacs à ordures.

Il y a à peine une semaine de cela, les responsables de la société Hygiène et Salubrité du Cameroun (HYSACAM) accusaient la Société DTP Terrassement de déverser leurs déchets industriels dans leurs bacs à ordures. Au départ l’on a pensé à une fausse manouvre de Dragage à en croire les accusations du chef d’agence Hysacam Ngaoundéré.
Selon les indiscrétions, il semblerait que de l’argent aurait circulé en douce. Des sources proches d’Hysacam parlent de près de 40 millions qu’auraient touchés par chèque le chef d’agence sans toutefois informer sa hiérarchie. L’affaire qui avait été portée à l’attention des autorités et des services régionaux de l’environnement et de la protection de la nature a fait couler beaucoup d’encre depuis lors.
Les deux camps se mènent une guerre d’arguments sans qu’on ne puisse connaitre le fond de l’histoire. Joint au téléphone par notre reporter François Michelet, le Directeur administratif et financier de Dragage, n’a pas voulu s’exprimer sur la question.
L’entreprise chargée de la réhabilitation de la route nationale n°1, tronçon Ngaoundéré-Garoua très présente dans la zone universitaire de Dang, a jusque lors refuser de se prononcer sur la situation. Pourtant, un camion de la société Dragage, a été surpris le 1er août dernier en flagrant délit par les responsables d’Hysacam à Bini-Dang dans l’arrondissement de Ngaoundéré III.
Dans les faits,  Hysacam dit avoir constaté plusieurs fois un déversement abusif de déchets industriels dans ses bacs à ordures.  « Nous avons plusieurs fois été surpris de constater que nos bacs sont pleins des filtres, des pièces d’engins, et d’autres déchets lourds. Cela ne pouvait provenir des ménages et des étudiants, donc nous avons porté nos soupçons sur Dragage qui a dit n’être pas responsable. Pour une entreprise de ce calibre, la gestion des déchets suit un certain protocole qui n’existe pas entre nos deux structures. » indique un employé d’Hysacam.
Alors que Sylvain Mbiaga s’évertuait à déclarer que Dragage doit nous payer la facture des années durant lesquelles elle a versé les ordures dans les bacs d’Hysacam, l’on apprend que ce dernier touchait déjà des pots de vin pour entretenir cette pratique. Depuis lors, aucun responsable des deux structures n’a vraiment clarifié les choses.  De son côté, l’huissier, un certain Maitre Théophile exerçant à Ngaoundéré aurait été écarté de l’affaire à la dernière minute.

Share this
Lire aussi / Also read
Cameroun : Allégations d’expulsions des réfugiés nigérians : Le gouvernement fustige la désinformation

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

34 − 31 =