insemmination
NEWSLETTER

Français     English

Share this

Positive Génération, dans sa volonté de dynamiser le suivi des indépendants de la santé et s’attaquer au goulot d’étranglement, a organisé une formation nationale des observateurs des soins et services de santé ténue du 11 au 15 août à Yaoundé.
Pendant cinq jours, les participants venus des dix régions du Cameroun, ont planché autour des thématiques sérieuses sur la santé. « Je me réjouis de compter parmi les participants réunis au cours de cette formation d’une importance capitale pour l’avenir de la santé au Cameroun. » confie Enah Njuh Julius, participant de Buea. En se penchant sur l’accès aux soins, le système sanitaire, la prise en charge des maladies, les droits de l’homme, les dispositions réglementaires, ils se sont plongés à cœur joie dans les difficultés rencontrées par les populations. Les maladies ciblées pour l’observation envisagée sont le SIDA, la tuberculose et le paludisme. De quoi faire comprendre à certains l’ampleur du mal au plan socioéconomique. Joseph Abena, Chef de la chaine « Kribi Fm » dans le Sud : « Deux faits majeurs m’ont marqué.  Les populations très souvent  maltraitées par le personnel soignant  sont très peu informées sur leurs droits à la santé et au delà, l’application de la réglementation en vigueur au Cameroun n’est pas respectée dans les structures de santé. ».

L’initiative du projet dénommé « Suivi de la gouvernance sanitaire par un dispositif communautaire indépendant » tient à relever le défi du changement dans l’offre de soins. De manière théorique et pratique la vingtaine de personnes s’est exercée à déceler  les dysfonctionnements du système de santé au Cameroun, tout en apprenant les qualités d’un bon observateur. Aussi, les facilitateurs se sont attardés sur les contenus des textes gouvernementaux et internationaux de santé en faveur des couches vulnérables. Eugène FOYETH, chargé de programme à Positive Génération, donne les raison de l’action présente et quelques outputs. « Nous voulons outiller des personnes qui vont se positionner de manière critique pour observer les manquements, les irrégularités et les bonnes pratiques sur le terrain. Ces informations précieuses seront remontées et traitées au niveau central afin de soutenir un plaidoyer pour que des soins de santé au Cameroun s’améliorent ». Les participants devront véritablement s’impliquer dans le suivi de l’accès aux soins pour le bénéfice des patients comme le souligne Endele Paul patrick, Assistant au départ. Recherche, Développement et Communication de Positive Génération.
Les profils des participants étaient taillés sur mesure pour garantir les résultats attendus. L’on comptait des journalistes, des agents relais communautaires (ARC),  des spécialistes et autres acteurs de la société civile aux travaux de cette formation. Le Dr Douanla Adeline, psychologue, fait partie de ces derniers et parle des acquis techniques : « La formation a été très enrichissante car j’ai eu de nombreuses connaissances dans le domaine de la santé qui m’étaient encore étrangères. Cela m’a permis de mieux m’imprégner des réalités vécues par les personnes malades dans nos communautés. Dorénavant mon regard sur la qualité des prestations et mon attitude en faveur des malades sera toute autre. ». L’objectif de faire d’eux des observateurs aguerris a nécessité une cinquantaine d’heures d’enseignements pour les notions de base, des exercices de mise en situation, des descentes dans les formations sanitaires et le passage à l’évaluation soutenue.  
Les formateurs formés ne sont pas que sortis avec des connaissances sur ces insuffisances en matière de santé, ils ont compris leurs rôles et sont prêts à le mettre en pratique. « Beaucoup de choses se passent dans nos hôpitaux qui échappent aux citoyens. Les comportements du personnel de santé sont parfois à déplorer. Ils abusent des malades et exploitent leurs souffrances pour se remplir les poches. Maintenant que nous savons très bien ce que la loi prévoit, nous pouvons mieux dénoncer ces dérapages qui ternissent le système de santé camerounais. » S’engage Ayong Caleb, journaliste à radio Health International de Yaoundé. A présent tous se sentent bien armés pour relayer la bonne information et dénoncer pour que les choses s’améliorent dans le secteur santé.

Share this
Lire aussi / Also read
Cameroun : Tension à la Crtv Adamaoua, le Gouverneur réagit

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

10 × 1 =