club
NEWSLETTER

Français     English

Partager cet article / Share this post
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’avenir des clubs dans nos établissements est hypothétique. Entre abandon des encadreurs et faible intérêt des élèves, il y a de quoi revoir la stratégie.

En plus de l’éducation qu’ils reçoivent, les élèves du secondaire sont également encadrés dans le domaine socioculturel. Les activités post et péri scolaires (APPS) comme son nom l’indique, viennent après les enseignements pour apprendre aux élèves à gérer, à s’organiser, à s’exprimer un certain nombre de chose, voire à développer leurs potentialités.
Mais depuis quelques années, ces activités deviennent de plus en plus délaissées et ne sont rien d’autre qu’un moment aboutissant à des festivités à travers l’organisation des soirées culturelles. Que ce soit au niveau des encadreurs ou celui des apprenants, fort est de constater que des difficultés existent. Le choix d’un responsable ne se fait pas par mérite, par expérience mais la hiérarchie porte son choix sur un jeune qui semble être éveillés.
 Tandis que certains élèves cherchent à développer leurs talents dans les différents clubs de leurs établissements, d’autres considèrent les activités des clubs comme un passe temps. D’après ces élèves, il n’y a que ceux qui n’ont rien à faire qui s’intéresse aux activités scolaires à caractères socioculturelles. Les encadreurs quant à eux ne sont pas toujours présents lors des séances de travail. Une réalité qui contraste avec les années antérieures  où les clubs détenaient encore toutes leurs valeurs et réalisaient des records de mobilisation.
Rappelons-nous, auparavant, les élèves adhérents des clubs étaient rationnés à séance de répétition et la compétition était rude entre différents clubs. Pendant que nous pensions que le meilleur était à venir, l’on se rend compte aujourd’hui que les clubs ont perdu de leur rayonnement au sein des établissements. Paradoxalement, les enveloppes des coopératives scolaires ont gonflé de mêmes les effectifs se sont accrus dans les établissements.
Pourtant, aussi bien les élèves que les clubs offrent d’énormes opportunités. Entre autre le développement de ses capacités  personnelles, lieux d’expression du savoir-faire des jeunes, cadre de développement des talents. Quant à l’établissement, les clubs permettent de valoriser les potentialités disponibles, de promouvoir les valeurs et de se hisser au-dessus de la mêlée.
C’est le cas des possibilités de compétions nationales, les opportunités de commémoration avec les institutions internationales telles que le club Francophonie, Commonwealth, etc. Il ressort qu’encadrer des jeunes dans la gestion de leur vie socioculturelle. Les élèves se doivent de profiter des biens fondés des clubs pour découvrir, exploiter et perfectionner les talents. Notons-le, un talent qui ne s’exprime pas est un contribution qui mourra.

VIENT DE PARAÎTRE...


journal numérique chateaunews

EN KIOSQUE (NOUVEAU)

Téléchargez et lisez le numéro 39 de votre Journal CHATEAUNEWS version digitale.

A la Une 1,6 Milliards de FCFA pour le développement des infrastructures dans le département du Mbéré ; La première femme Docteur en droit Public dans le Septentrion..

JE TELECHARGE

VOIR TOUTES LES ÉDITIONS

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

45 − 42 =