pollution
NEWSLETTER

Français     English

Share this

Sous la pression des ONG, les gouvernements après huit jours de discussion à LIMA se sont fixés pour objectif d’éliminer définitivement la pollution due au carbone pour éviter la catastrophe.

C’est un petit accord, mais un grand pas qui place la planète sur le chemin de 100% d’énergies propres. Pour une fois les ministres et représentants des Etats sont tombés d’accords sur la nécessité impérieuse d’œuvrer ensemble pour sauver la terre de la pollution grandissante. Le pouvoir citoyen s’est mobilisé fortement autour de cette rencontre organisée en prélude au sommet de l’Onu sur l’environnement de Paris en décembre 2015 en vue d’imposer cet objectif. Après la signature du précieux accord, il s’agit maintenant de le protéger ! s’exclame les activistes anti pollution. « Si nous échouons, les scientifiques sont formels un changement climatique catastrophique et hors de tout contrôle serait alors inéluctable » argumentent les acteurs. “Nous avons seulement une quantité très limitée de carbone qui peut être brûlée d’ici 2050, et nous estimons que les politiques actuelles vont dépasser cet objectif de plus de 60 pour cent d’ici là”, a rappelé lundi le spécialiste Bill Hare, du centre de recherche Climate Analytics d’après l’AFP.
La communauté internationale s’est fixée comme objectif de limiter à 2°C le réchauffement, dont la vitesse inédite est causée par l’ampleur des émissions de gaz à effet de serre produites par les activités humaines. Pour les défenseurs de l’environnement, « Il s’est passé quelque chose d’énorme cette semaine à Lima ». Cela fait plusieurs années et batailles que cet objectif tente d’être atteint par ces activistes pour faire plier l’Union européenne, les États-Unis, la Chine entre autres pollueurs à grande échelle. « Nos gouvernements sont sur le point de se fixer comme objectif d’éliminer définitivement la pollution due au carbone, nous mettant ainsi sur le chemin de 100% d’énergies propres! » écrit l’équipe Avaaz dans un post sur son site. Cet objectif fait partie de la version préparatoire de l’accord global sur le climat, mais il est en danger. C’est un combat acharné d’intérêt et de conviction qui se prépare entre les bénéficiaire et victimes de cette situation. « Nous devons éviter les petits arrangements en coulisse avec les pollueurs et pour cela, notre meilleure stratégie consiste à bombarder nos ministres avec des milliers de messages. » rappellent les acteurs impliqués dans la lutte contre la pollution.
Il est à regretter l’attentisme et l’action à retardement des gros pollueurs visés par cet acte. « Les compagnies productrices de pétrole, de charbon ou de gaz de schiste ainsi que les pays qui veulent continuer à polluer font tout leur possible pour éliminer cet objectif essentiel du texte final. Et c’est là que nous intervenons », souligne les militants verts du réseau Avaaz. Il est question pour ces acteurs engagés de se mobiliser davantage. L’idée est de rester vigilent et ferme sur l’objectif de 0 carbone et 100% d’énergies propres. Les activistes les plus chevronnés disent qu’il n’y a jamais eu autant d’espoir que les choses avancent! C’est un pas effectué dans la bonne direction pour ceux qui se sont battus pour le climat. Aujourd’hui, nos gouvernements se mettent finalement à réagir, mais les enjeux sont énormes.  De quoi donner du répit à notre planète secouée comme jamais par les effets des changements climatiques. 

Share this
Lire aussi / Also read
50naire de la fête de la Jeunesse : Le pagne divise les établissements dans l’Adamaoua

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

3 + 5 =