Culture Littérature Langue : Le neuvième alphabet

Langue : Le neuvième alphabet

-

9. Tet. La lettre T. de l’alphabet Hébraïque du paléo. Son origine est lointaine mais pourtant mal connue.

 

Le neuvième mot, le neuvième nom, dans l’alphabet Hébraïque du paléo, c’est le vieux nom « Tet ». A la lumière de la langue appelée aujourd’hui Féefée, et ses familles Gomala, et Medumba, langue que nous tenons pour de l’Hébreu antique, le nom « Tet » signifie « s’arrêter, se maitriser, se discipliner ». Pour savoir la méthode qui permet de découvrir ces chose, reporter vous aux alphabets 2, 3. Le dessin de cet alphabet renvoie à l’image d’un panneau stop, d’un panneau de signalisation que l’on trouve dans la route, donnant les indications aux automobilistes comment se conduire sur la route.

 

Description

Les prêtres dessinèrent une croix à l’intérieur d’un cercle. En réalité, ils dessinèrent deux traits représentant deux chemins, représentant deux routes qui se croisent. Vous voyez qu’il faut faire attention à la croisée des chemins, car c’est à la traversée qu’il y a des accidents. Ces deux traits représentant deux chemins, étaient restreints par un cercle dessiné tout autour des traits, donc tout autour des chemins. Les éléments qui forment ce dessin inspiré de Dieu Yahweh, nous les retrouvons aujourd’hui sur les plaques de signalisation qui sont à l’approche des chemins de fer, panneau stop. Notez que, le fait que l’on retrouve ce dessin sur les plaques à la croisée des chemins de fer, suggèrent effectivement que ces deux lignes dessinés à l’intérieur du cercle, représentent plutôt deux chemins qui se croisent, se traversent, comme l’on voit à l’approche du chemin de fer.

 

Note moderne

Vous voyez que le mot « stop », partage le même « T » que le nom Hébreu « Tet », qui signifie aussi stopper, s’arrêter. Deux chemins qui se croisent nécessitent des lois pour réglementer le croisement pour qu’il n’y ait pas de problèmes ; c’est ce que nos ancêtres dessinèrent et invitent à vous leurs enfants de faire. Les prêtres dessinèrent cet alphabet ainsi : Nos cousins les Européens modifièrent cet alphabet pour obtenir la lettre moderne « T ». Ils le modifièrent ainsi. Premièrement, ils enlevèrent le cercle qui discipline, qui restreint les voies libertines de l’homme. Ensuite ils soulevèrent les deux traits, les deux chemins et les mirent selon la position voulue par eux. Malgré ces changements, le son du « T », est resté presque pareille aux sons de notre langue, l’alphabet Hébraïque du paléo « Tet », langue que nous parlons en tant que Bamiléké. Ce sont ces lettres Hébraïques léguées à leurs enfants, que Nufi, les Bamilékés, le Cameroun devraient utiliser pour écrire leur belle langue antique.

 

Saa Kameni, chercheur linguiste et artiste

chateaunews.comhttps://chateaunews.com
La rédaction de www.chateaunews.com
- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you

×