Société Développement La société civile camerounaise veut une exploitation équitable des...

La société civile camerounaise veut une exploitation équitable des ressources naturelles

-

- Advertisment -

Greenpeace a réuni les acteurs et sectoriels concernés pour réfléchir sur le thème « Quels modèles de développement pour une exploitation durable de nos ressources naturelles ».

 

Parce que le développement, la préservation de l’environnement, l’exploitation durable des forêts et des sols sont des enjeux de survie de demain, il est nécessaire dès à présent d’établir un modèle de développement qui intègre les challenges à venir avec tous les acteurs d’aujourd’hui à cause de ceux qui sont morts et de ceux qui seront. C’est la raison de l’atelier de réflexion sur le thème : « Quels modèles de développement pour une exploitation durable de nos ressources naturelles », organisé par l’ONG sud-africaine Greenpeace en association avec CED (Centre pour l’Environnement et le Développement), ACDIC (Association Citoyenne de Défense des Intérêts collectifs) et le RELUFA (REseau de Lutte contre la Faim) les 15 et 16 décembre 2014 à Yaoundé.

 

Le panel était constitué de chefs traditionnels, de parlementaires, des autorités gouvernementales, de la société civile, des chercheurs et des étudiants en environnement ; toutes personnes capables d’apporter de par son expérience, une contribution significative à l’évolution des débats et la finalisation des résolutions. Il est ressortit de ce partage, et de nombreuses études l’ont soutenu, que la situation du terrain est certes effrayante mais pose un dilemme important. L’Etat accorde des concessions foncières aux super agro-industries qui payent des taxes importantes au gouvernement, donnent l’emploi. Mais ces mêmes super agriculteurs dépouillent les communautés riveraines de leurs terres et les rend vulnérables. La question à ce moment est faut-il donner des concessions pour les emplois au revenus dérisoires des ouvriers, la monoculture ou faut-il promouvoir la productivité des exploitations familiales qui assure la sécurité alimentaire, autonomise le petit producteur et enrichit le commerce sous régional.

 

L’Etat a certes besoin des taxes prélevées chez les concessionnaires mais la monoculture détruit considérablement les écosystèmes. Il a donc été suggéré pour cela que les garants des terres, les chefs des communautés soient associés aux décisions de cessions du foncier à une telle échelle de sorte que dans le cas où ils ne sont pas d’accord, qu’ils proposent une alternative plus viable pour tous ou qu’ils pèsent objectivement dans les termes de négociations. Au gouvernement, il est suggéré de faire un plan complet de l’occupation du sol afin d’éviter ou de prévenir les nombreux conflits du foncier décriés jusqu’à présent.

 

blank
chateaunews.comhttps://chateaunews.com
La rédaction de www.chateaunews.com

LES PLUS LUS

C'EST TOUT FRAIS

- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you

×