foning
NEWSLETTER

Français     English

Share this

Avec la disparition de cette femme imposante et militante déterminée ce vendredi 23 janvier 2015, le régime du Cameroun perd un allié unique en son genre pour les batailles politiques.

La maire de la Commune de Douala 5e a rendue l’âme vendredi 23 janvier 2015 en matinée à l’hôpital Central de Yaoundé dans le Mfoundi. L’ancienne député et vice-présidente du groupe parlementaire du RDPC à l’Assemblée nationale était une militante engagée du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) dont le président national n’est nul autre que Paul Biya. Elle rend l’âme, cinq jours après un accident de circulation survenu dimanche dernier, 18 janvier, à Ebebda dans le département de la Lékié, région du Centre, à une centaine de kilomètres de Yaoundé. La femme toujours paré a été fauché par la vitesse. FF reconnaissait son jusqu’auboutisme « … J’ai toujours été très active, je ne me fixe pas de limite d’action. » disait-elle lors d’une rencontre en 2008.

Françoise Foning (1949-2015)

« C’est une perte énorme pour nous. » déclare un membre du gouvernement. Elle qui figurait parmi les personnes influentes du Comité central du Rdpc animait les mouvements et meeting de son énergie débordante. Le même engouement qui l’aura conduit dans les hautes sphères du monde des affaires et du pouvoir au Cameroun. Mme Tsopgny Nguiazong, connu de tous sous l’identité de Françoise Foning, est née en 1949 à Bafou, région de l’Ouest. La présidente de la section RDPC dans la commune de Douala 5e, région du Littoral, disparait ainsi à l’âge de 66 ans. Pourtant un avion avait été affecté sous haute instruction du chef de l’Etat pour l’évacuer en Afrique du Sud. Paul et Chantal Biya, perdent sans aucun doute sa meilleure fanfare naturelle acquise à la gloire du renouveau. L’entrepreneure rompue a aussi bien fait le beau temps du couple présidentiel par son leadership politique. Connue comme une femme active, elle était célèbre pour ses hymnes à la gloire du président de la République du Cameroun.

Lire aussi / Also read
Mutinerie à la prison de Kondengui, Amnesty International contredit le pouvoir de Yaoundé

Mystères d’une brillante carrière

Sans réel back ground ni diplôme, Françoise Foning a gravit tous les échelons dans les affaires. Son appétit vorace lui ont conduit dans la restauration, les taxis, la carrière de gravier, le mobilier, l’import-export, la santé, l’éducation, l’immobilier, les BTP, entre autres secteurs. Elle sera consultante pour la Banque africaine de développement, vice-présidente internationale pour le forum francophone des affaires et surtout la première noire présidente de l’ONG Femmes chefs d’entreprise mondiales. Grand officier du Mérite Camerounais, reine de la cour royale du groupement Bafo dans la Menoua, Njih à la cour royale du sultanat Bamoun, Françoise Foning avait accumulée de nombreux titres honorifiques. Son succès maquillé par ses relations au sein du gouvernement connaitra néanmoins des démêlés avec la justice locale. En novembre 2014, la maire sera entendue par des agents de la police judiciaire du Tribunal criminel spécial (Tcs). C’est le début de la décente aux enfers pour la gestion controversée de la commune de Douala 5e dont elle présidait le conseil exécutif. Une mort certes malheureuse mais qui a le mérite de stopper la procédure selon les dispositions du Code pénal en vigueur. Veuve, Françoise Foning laisse derrière elle six enfants et dix petits-enfants.

Share this

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

5 × = 50