Culture Peinture Hommage: Goddy Leye For Ever

Hommage: Goddy Leye For Ever

-

- Advertisment -

À l’occasion du 4è anniversaire de la mort du plasticien, notre hommage publiée dans le 004 de la version papier de Mosaïques datée de mars 2011.

L’art de l’esquive, de la nuance et de la profondeur

Je me souviens de nos premières conversations dans les clameurs nocturnes de ta cour à Bonendalè en 2000. Tu décalaminais mes vaisseaux cognitifs bouchés par des trivialités, tu raclais mon cerveau jauni à force de platitudes et des anti-vérités. En revanche, j’ai appris à lire autrement les créations, à regarder autour de moi et d’un autre oeil les Hommes et les biens, à considérer les banalités, à savoir détecter le “diable” qui git dans les détails et à me délecter des riens. Tes paroles fortes de sens, ton sourire large et généreux, tes clignements astucieux d’yeux m’ont peu à peu sorti d’un philistinisme dogmatique dans lequel j’étais depuis longtemps juché. Je me souviens aussi de nos discussions sur les livres, la musique, le théâtre, notamment les acteurs et les systèmes, lorsque tu me reçus quelques années plus tard à Art Bakery.

 

 

Tu me parlas des poèmes de Kemajou Njanké, des essais de Dominique Malaquais, de l’écriture fulgurante et sulfureuse de Lionel Manga ; de tes “gosses” Dody Effoui, Justine Gaga, Achille Kâ etc. Bref, nos “Kongossa”. Et puis, vint Diagon’art (Avec Achille Kâ) et aujourd’hui “Mosaïques”. Toujours la même profondeur, le même engagement et une franchise subversive. Et aujourd’hui, tu lâches les cops ! … Trêve de thrènes. Condorcet n’a-t-il pas raison lorsqu’il écrit au sujet des héros : “Je préfère leur histoire plutôt que leur éloge ; car on ne doit aux morts que ce qui est utile aux vivants : la vérité et la justice”.

 

Au fait, Goddy Leye, avant de m’arrêter. Il y a longtemps que je voulais savoir quel est ton véritable nom ; depuis que je voulais savoir de quelle tribu tu es ressortissant, de combien de comptes, de combien d’argent disposes-tu en banque, combien d’enfants es-tu géniteur ? Etc. Tu me comprends bien… le chemin est encore long, les habitudes ont la peau dure. Mais tu nous laisses les clés. Saurons-nous nous en servir ?

Joseph Fumtim

blank
chateaunews.comhttps://chateaunews.com
La rédaction de www.chateaunews.com

LES PLUS LUS

C'EST TOUT FRAIS

- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you

×