syncprotcam
NEWSLETTER

Français     English

Partager cet article / Share this post
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les membres du Syndicat national des Chauffeurs Professionnels du transport du Cameroun (SYNPROTCAM) se sont regroupés pendant deux jours à Ngaoundéré pour renforcer leurs capacités opérationnelles.

 

Au-delà d’assurer sa fonction première qui est celle du transport des personnes et des biens, le Syndicat national des Chauffeurs Professionnels du transport du Cameroun s’est résolu à doter à ses membres les capacités techniques nécessaires à la gestion de la vie syndicale et surtout des ressources utiles pour la redynamisation de leur secteur d’activité. C’est en quelque sorte l’objet de ce séminaire international portant sur « le renforcement des capacités opérationnelles des délégués syndicaux et du personnel des transports routiers ». La formation qui a accueillie les syndicalistes venus de l’ensemble du territoire national visait entre autre objectif de tabler sur les pans qui caractérisent l’insécurité routière. Ce volet très cher à la tutelle qu’assure le Ministère des transports reste d’ailleurs comme l’a si bien rappelé Ngoumbe Zacharie, représentant du Ministre des transports le combat permanent qui fera de la profession de transporteur un élément essentiel pour le développement au lieu d’être « une tueuse » comme c’est le cas sur nos axes routiers.

Pour sa part, le président national du SYNCPROTCAM, Ibrahima Yaya ce séminaire arrive à point nommé car dit-il : « au-delà de leurs problèmes quotidiens, les syndicats sont confrontés à une question fondamentale : celle des objectifs poursuivis dans leur œuvre de formation. Se battent-ils simplement pour défendre leurs adhérents dans la nouvelle configuration du monde, ou pour être des acteurs de premier plan dans la société civile ? ». Et d’ajouter « le concept de formation doit être ajusté, il ne pourra plus être limité au rôle de représentation qui leur est aujourd’hui dévolu et qu’il faudra préserver- mais étendu à des cours et programmes leur permettant de participer à l’œuvre d’édification de la société dans son ensemble ». c’est dans cet ensemble d’interrogation que l’objectif d’un tel séminaire est « le renforcement des capacités des membres du syndicat, des délégués du personnel, du personnel des services déconcentrés. Il permettra aux uns et aux autres d’acquérir les connaissances pour pouvoir défendre nos intérêts devant le patronat, les pouvoirs publics » comme l’a souligné le secrétaire général du syndicat national des chauffeurs professionnels des transports du Cameroun.

Présidant la cérémonie solennelle d’ouverture et de clôture de ce séminaire de deux jours, le secrétaire général des services du gouverneur, Cyrille Yvan Abondo a félicité le président du SYNCPROTCAM et ses partenaires d’avoir eu l’idée de renforcer les capacités de ses membres. « L’éducation ouvrière doit pouvoir former chaque année de milliers de syndicalistes aux rudiments et aux techniques de la négociation collectives, aux méthodes de recrutement et d’organisation dans le syndicat, aux questions de sécurité et de santé sur le droit de travail de ses membres (…) Aujourd’hui les syndicats et leur programme de formation ne peuvent ignorer les conséquences de la mondialisation économique, la revendication du travail, la lutte contre la propagation du Sida et contre toute discrimination envers les personnes », a-t-il fait remarqué. A la clôture des travaux, le président national du SYNCPROTCAM, a réitéré son engagement à pérenniser de telles initiatives pour ses pairs.

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

+ 42 = 48