Culture Peinture Samuel Momnougui: «les plasticiens doivent s'affilier…»

Samuel Momnougui: «les plasticiens doivent s’affilier…»

-

- Advertisment -

Samuel Théodore Momnougui chef d’agence régional de la Socadap, la Société civile des droits d’auteur des arts plastique, graphique et photographique, s’exprime sur l’épineuse question du d’auteur des artistes plasticiens dans la partie septentrionale dont plusieurs acteurs dénonce la gestion.

 

Bonjour monsieur le régionale Socadap, que vous inspire cette première rencontre de l’année avec les artistes ?
Je suis ravi de ce premier échange de l’année avec les artistes qui nous a permis de discuter de nos préoccupations. De telles rencontres sont édifiantes pour les uns et les autres pour que nous puissions ensemble promouvoir la création artistique.

Les artistes se plaignent de la faible collaboration avec les sociétés de droit d’auteurs, la faute à qui ?
C’est vrai que l’on reprocher aux sociétés de droit d’auteur de ne pas beaucoup promouvoir ses activités sur le terrain. D’autre part, les artistes n’ont pas l’habitude dans l’Adamaoua de se rapprocher de nous responsables de ces structures et l’administration pour s’informer. Par le passé, nous avions un problème de local mais qui est résolu depuis bientôt trois ans. Nous restons à la disposition des artistes qui peuvent désormais nous rencontrer au siège de la délégation régionale des arts et de la culture sis au camp fonctionnaire de Ngaoundéré.

 

Que fait la Socadap pour les artistes ?
La Société civile des droits d’auteur des arts plastique, graphique et photographique défend les droits des artistes plasticiens. L’art plastique est un domaine vaste dont beaucoup ignorent les contours. Une œuvre plastique est celle faite sur un support qui peut être le papier, la toile, le bois, le mur, etc. Les plasticiens sont les artistes peintre, les stylistes modélistes, les couturiers, les sculpteurs, les photographes… notre travail est de défendre leur droit auprès de ceux qui exploitent leurs œuvres à des fins diverses. Ce travail vise également à inciter plus de créativité de leur part.

 

Dans les médias, on entend les artistes se plaindre, est-ce à tort ?
Avant de se plaindre, les artistes doivent veiller à être identifiés. Notons que pour bénéficier de la répartition des droits prélevés auprès des exploitants, il faudrait être affilié à la Socadap. Aussi faudrait-il que les œuvres soient déclarées et réellement exploitées. A titre d’illustration, le cas des peintres, dans les hôtels, on voit leur œuvres exposées pourtant les créateurs ne sont pas toujours affiliés pour prétendre à des droits. Or ces structures reversent des redevances de droit d’auteur selon la réglementation en vigueur à hauteur de 70% des recettes perçues aux artistes et n’utilisent que 30% pour leur fonctionnement.

Dans le cadre de la professionnalisation du domaine des arts, quels messages faut-il passer aux artistes ?
Le message que je peux passer aux artistes plasticiens est de continuer à travailler et à innover. Ce n’est pas le fait d’imiter ou de créer et dormir sur ses lauriers qui fait de nous un artiste. Les artistes doivent persévérer dans l’effort et se rapprocher des sociétés de droits d’auteurs pour déclarer leurs œuvres. De la sorte, ils éviteront la contrefaçon et la piraterie parce que la paternité de l’œuvre appartient à celui qui est le premier à la déclarer.

blank
chateaunews.comhttps://chateaunews.com
La rédaction de www.chateaunews.com

LES PLUS LUS

C'EST TOUT FRAIS

- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you

×