À la Une Actualités Cameroun-Litige foncier: 1200 habitants chassés de leur village

Cameroun-Litige foncier: 1200 habitants chassés de leur village

-

- Advertisment -

Ils sont environs 1200 habitants aux aboies à « Gada Mbidou » parce que sommés d’abandonner leurs terres de grés ou de force.

 Il y a grand bruit dans l’arrondissement de Ngaoundéré IIIème. La bourgade de Gada Mbidou, située après le campus universitaire de Dang, département de la Vina, Région de l’Adamaoua est secoué par une série de litige foncier. « Ils veulent nous faire partir de gré ou de force avec tous nos enfants ». Lit-on dans la lettre adressée au chef de terre datée du 28 Mars 2015. Par le truchement de cette missive dont l’objet est « Nos difficultés immobilières », les habitants du village en question ont attiré l’attention du sous préfet de l’arrondissement de Ngaoundéré IIIe, Mme Zainapa Amada sur ce qui se passait dans leur village, en lui soumettant les problèmes auxquels elles font face. Du côté de la mairie, les responsables ne se sont pas encore prononcées sur cette affaire brûlante. Des indiscrétions font savoir que la municipalité dit n’être pas au courant de cette procédure et par conséquent voudrait voir plus claire dans cette affaire. D’après les dire des populations, le tout premier exécutif communal les accusait d’occupation illégale des terres appartenant à la mairie.

Image: ds-lands.com

Ils sont environs 1200 habitants de ce village qui sont aux aboies. Ces populations autochtones sont sommés de quitter les habitations qu’elles occupent depuis plus de quarante ans. « Depuis un certain temps, des agents de la mairie et des services du cadastre nous harcèlent en venant tout les week-end placer des bornes sur les sites. », déclare une victime qui est en passe de perdre sa cabane ainsi que sa petite propriété. Les informations recueillis sur site font état de ce que plusieurs habitants résident dans le village depuis plus de 40 ans. Après investigations, il ressort que les terres à problèmes ont étés lotis par l’ex maire Mohaman Nourou Razil lors de son dernier mandat. Le processus par lui déclenché s’est poursuivi bien après son départ. Les espaces achetés au vue des nouveaux occupants par des personnes apparemment nantis dans le but de construire des locaux à titre commerciaux font l’objet de convoitises. Ces derniers font pression pour que le processus arrive rapidement à son terme. Cela peut justifier les multiples décents dans la localité des personnes pour les procédures, au détriment des pauvres populations qui ne savent plus vers qui se tourner. Si rien n’est fait, les communautés autochtones perdront pour la plus part soit des constructions ou des plantations familiales. Au regard du risque encourus, ses populations ont saisi l’autorité administrative pour l’informer de la situation qui prévaut à Gada Mbidou. Face à cette nouvelle bombe à retardement, le sous préfet a tenu à rencontré les représentants des populations de Gada Mbidou afin d’entrevoir une issue heureuse à cette affaire. En attendant, les jours avenirs s’annoncent riche en rebondissement.

Source : Aurore plus

blank
chateaunews.comhttps://chateaunews.com
La rédaction de www.chateaunews.com

LES PLUS LUS

C'EST TOUT FRAIS

- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you

×