mediacments faux
NEWSLETTER

Français     English

Partager cet article / Share this post
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il s’agit des lots falsifiés et impropre à la consommation, qui prétendent protéger contre le paludisme ou le combattre.

C’est le ministre de la Santé publique (Minsanté), André Mama Fouda qui a appuyé sur la sonnette d’alarme. Ayant constaté depuis peu, la circulation en Afrique, des lots falsifiés et impropre à la consommation d’un antipaludique du nom de Artemether 20 mg & Lumefantrine 120 mg des laboratoires IPCA. D’après le Minsanté, il s’agit, des produits contrefaits, susceptibles de nuire gravement à la santé du malade et précisément du paludéen. Le médicament à la toxicité déclarée est contenu dans des boites portant entre autres indications : Artemether 20 mg & Lumefantrine 120 mg, 1 x 24 tablets ; Mfg : 07/2013 ; Exp : 06/2016 ; B.n° ou numéros de lot DY1402201 ou DY1402542 ou DY1402541, ainsi que le logo ACTm « green leaf » du programme AMFm (Affordable Medecines Facility-malaria). Afin d’éviter le pire, le Minsanté appelle à la vigilance de tous. Pour non seulement arrêter toute distribution, et consommation desdits lots, mais également procéder à leur quarantaine. Dans le souci de communiquer rapidement l’information au Minsanté, il est possible de saisir l’inspection générale des services pharmaceutiques et des laboratoires, au numéro de téléphone 222 22 57 86 et à l’adresse email ipharmaceutiques@yahoo.fr.

De l’avis des médecins, la contrefaçon d’un médicament ne garantit ni sa qualité, ni son innocuité, encore moins son efficacité. D’où l’importance pour les populations d’acquérir leurs médicaments dans les pharmacies des formations des formations sanitaires ou d’officines agréées, seules entités de dispensation soumises au système d’assurance qualité des médicaments ; de respecter scrupuleusement les prescriptions des professionnels de la santé en matière de prise des médicaments ; de signaler auprès des services de santé les plus proches, tout effet inattendu pouvant être lié à la prise en charge d’un médicament. Mais le malaise est que, la plupart des populations notamment celles qui vivent dans l’indigence, s’abreuvent régulièrement dans des « pharmacies » illégales et de fortune.

237online.com

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

9 × 1 =