fetetravail
NEWSLETTER

Français     English

Partager cet article / Share this post
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les travailleurs de la région de l’Adamaoua s’arriment à ceux du monde entier pour célébrer dans la paix et la solidarité cette 129ème fête internationale du travail.

 

Les autorités, élites, forces vives de la région de l’Adamaoua et bien entendu ceux à qui est dédiée la journée ont salué la contribution des travailleurs au développement. A l’instar des autres villes du pays, le thème «Construire le Cameroun dans la paix, la solidarité et le travail décent » a encadré la célébration de la 129ème Fête internationale de travail. La piste de la place de l’indépendance de Ngaoundéré refaite la veille par les techniciens de Dragage a servi de cadre à cet événement. Après la remise des médailles aux méritants, le défilé s’est ouvert en deux tours ; d’abord à pied et puis motorisé sous un soleil battant. L’on pouvait observer des embrouilles dans l’alignement, des discussions dans les rangs, des bousculades dans l’ordre de passage. « C’est un bazar total » a lancé une personne de la foule.
Cette année, l’on note l’inscription de plus de défilants que par le passé. On parle d’une augmentation de près de 10% de l’effectif qui a rallongé le défilé d’une trentaine de minutes.  La raison étant la création  entre 2013 et 2014 de nouvelles entreprises, sociétés et représentations d’institutions au Cameroun et dans la ville de Ngaoundéré. Parmi elles l’on retrouve Nextel, 3ème opérateur de téléphonie mobile et pionnier de la 3G qui a savouré son travail.  Le jet des produits dans la foule par certaines sociétés à l’instar des prospectus, des chapeaux, de l’eau et même des gâteaux a entrainé des bousculades et du désordre dans les tribunes. « Nous voulons les t-shirt » s’écriaient les enfants au passage des défilants à pied ou véhiculés.

La cérémonie clôturée, les grands carrefours de la ville et autres garrottes ont été pris d’assaut. Les grands axes par contre ont vu le festival de cascadeurs des moto-taximan occasionnant parfois des embouteillages voire des accidents graves. Les forces de l’ordre on dû intervenir,  parfois user de la force pour rétablir la circulation. Plusieurs arrestations des conducteurs se sont  faites provoquant la colère des homologues  du métier. Cette année, les jeunes amassés en bordure des boulevards de Ngaoundéré n’ont pas eu droit au traditionnel show des cascadeurs traqués par la police. « La fête c’est la fête mais ce n’est pas un facteur de libertinage encore moins une occasion de suicide » a déclaré un inspecteur de police déployé au centre commercial.

 

Des revendications pour un travail décent
Fidèle à la tradition, les représentants des principaux syndicats de travailleurs ont présenté leurs doléances à l’ensemble de la communauté. Leurs allocutions ont porté entre autres sur la réclamation  d’une l’harmonisation de l’âge du départ à la retraite de tous les fonctionnaires sans discrimination. Selon eux, plusieurs structures étatiques ont disparu dans notre région sans être remplacées et entrainant ainsi la disparition de plusieurs emplois tels que la Sodeblé, la Tannerie et le Projet laitier. Pour ces revendicateurs, si rien n’est fait le train de l’émergence du Cameroun à l’horizon 2035 ne passera pas par la région château d’eau. Ceux-ci réitèrent le fait que leurs cris de cœur de l’an passé à cette même opportunité ne sont même pas pris en compte à l’instar de leurs souhaits de la création d’une entreprise de traitement de lait dans la région. Selon eux, chaque année ils sont écoutés mais ne sont pas entendus. Des préoccupations portées à l’endroit des autorités qui disent avoir pris bonne note, sans pour autant manquer de fustiger les attitudes néfastes à la création et sécurité des emplois dans la région. A ce propos, Abakar Ahmat, gouverneur de l’Adamaoua n’a pas manqué de souligner l’indiscipline de certains travailleurs qui se manifeste par les retards dans leurs lieux de travail, la corruption et le trafic d’influence.

Oumarou Hamadjangui

VIENT DE PARAÎTRE...


journal numérique chateaunews

EN KIOSQUE (NOUVEAU)

Téléchargez et lisez le numéro 39 de votre Journal CHATEAUNEWS version digitale.

A la Une 1,6 Milliards de FCFA pour le développement des infrastructures dans le département du Mbéré ; La première femme Docteur en droit Public dans le Septentrion..

JE TELECHARGE

VOIR TOUTES LES ÉDITIONS

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

8 × 1 =