calmar
NEWSLETTER

Français     English

Share this

crédit photo jw.org

Le CALMAR d’Hawaï, crée sa propre lumière, non pour être vu, mais pour se camoufler. Ce chasseur nocturne passe ainsi inaperçu dans les eaux éclairées par la lumière de la lune et des étoiles. Son secret ? Il fait équipe avec des bactéries bioluminescentes. Cette collaboration recèle peut-être des secrets qui pourraient nous être profitables, mais dans un tout autre contexte : celui de la santé.

Le calmar d’Hawaï vit dans les eaux limpides bordant les côtes des îles Hawaï. Sous l’effet de la lumière de la lune et des étoiles, la silhouette du mollusque devrait normalement apparaître distinctement aux prédateurs qui rôdent sous lui. Mais le calmar émet par-dessous lui une lueur qui a la même intensité et la même longueur d’onde que la lumière nocturne. Résultat : pas de silhouette, pas d’ombre. Le camouflage est parfait. L’organe lumineux du calmar, véritable équipement « high-tech », renferme des bactéries bioluminescentes qui produisent exactement la lueur qu’il faut pour que leur hôte passe inaperçu.

Il se pourrait également que ces bactéries régulent les phases d’éveil et de sommeil du calmar. Cet aspect intéresse les chercheurs parce que l’influence des bactéries sur les rythmes circadiens (rythmes biologiques dont la période dure environ 24 heures) n’existerait pas seulement chez le calmar. Chez les mammifères, par exemple, les bactéries intervenant dans la digestion influeraient aussi sur les rythmes circadiens. Or, il y a un lien entre le dérèglement de ces rythmes et la dépression, le diabète, l’obésité et les troubles du sommeil. L’étude de l’association entre bactéries et calmar pourrait donc élargir nos connaissances dans le domaine de la santé.

Source – jw.org

Share this

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

66 − 58 =