gendarme
NEWSLETTER

Français     English

Partager/Share
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les taximans de la métropole de l’Extrême-Nord  sont en colère après la mort d’un des leurs par balle suite à une interpellation des gendarmes.

Le drame s’est déroulé dans la nuit du dimanche à lundi au quartier Dougoï au lieu-dit Lamba Mouvoudaï. Le nommé Boubakari alias Ekeke, est passé de la vie à trépas après avoir reçu une balle. L’homme a été fauché autour de 21h de la nuit de dimanche 17 mai dernier. D’après les informations, les gendarmes l’auraient confondu à un terroriste. Le chauffeur durant ses mouvements de dépôt des clients se serait comporté de manière suspecte dans le périmètre de la garnison de gendarmerie de la ville. Interpellé par les gendarmes en moto qui ont suivi son véhicule, l’homme aurait poursuivi sa route et c’est d’où le coup est parti. La balle après a traversée le feu arrière avant de se loger dans le dos de la victime.

Les taximans de Maroua et jeunes du quartier Dougoï où résidait la victime, d’après les indications, se sont  mobilisés après la disparition tragique de leur camarade. «Nous sommes la cible régulières des policiers et gendarmes qui nous interpellent parfois pour juste nous arracher quelques sous. Portant les autorités nous ont donné feu vert pour travailler la nuit avec les taxi, à condition d’être identifiables par des indications taxi visible », déclare un travailleur de ce secteur. Ces couches sociales et professionnelles réclament justice après le drame.

Dans le taxi de la victime, se trouvait à bord deux des cinq clients qu’il avait transporté ce soir là encore assis à l’arrière. Aucun de ces passagers n’a été effleuré par le projectile. Seulement après avoir reçu la balle dans son dos, le chauffeur a perdu le contrôle du véhicule qui a foncé droit dans un mur. Le choc a provoqué l’écroulement d’une partie de l’édifice. La chute de matériaux sur le carrosse a blessée l’un des passagers à bord. Aux dernières nouvelles,  le malheureux est sous soins intensif à l’hôpital régionale de Maroua. D’après les sources médicales sa vie ne serait plus menacée. Le taximan âgé d’une trentaine d’année quant à lui a succombé de sa blessure par balle quelque temps après.  Sa dépouille a été inhumée ce lundi  au cimetière de Maroua comme le veut la tradition musulmane.

Cette nouvelle affaire de bavure est venue aggraver le climat de tension qui règne entre les forces de l’ordre et les populations suite aux multiples restrictions et exactions dont ils sont souvent victimes.  Depuis le début de la guerre contre Boko haram, les choses ont énormément changé quant au mouvement des hommes et des biens. Cela a un impact sur les activités de ces jeunes qui ne demandent qu’à retrouver une vie normale comme par le passé. En fin de soirée ce lundi, la tension restait vive au sein des populations courroucées.  En attendant la suite des enquêtes, les autorités tentent de désamorcer cette bombe pour éviter tout mouvement d’humeur en cette veille de célébration de l’unité nationale.

EN KIOSQUE


journal chateaunews

Lisez et TÉLÉCHARGEZ le numéro 58 de votre Journal digital CHATEAUNEWS

La reprise des cours ce 1er juin 2020 sous des risques. Pendant que les élèves et étudiants reprennent les cours...

TELECHARGER

VOIR TOUTES LES ÉDITIONS