jeuxu
NEWSLETTER

Français     English

Partager cet article / Share this post
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ils sont plus de 2300 athlètes qui vont compatirent  sur les aires de jeux et salles du campus de l’institution pionnière du supérieur Yaoundé I.

Une fois de plus, les jeunes athlètes des universités d’Etat et privées  vont s’affronter dans le fair-play. Ouverte depuis le 24 mai 2015, la 18e édition des Jeux universitaires s’annonce plus relevée si l’on s’en tient au niveau de préparation.  Cette fête sportive rassemble non seulement les athlètes amateurs mais aussi la crème des disciplines olympiques et paralympiques.  
Neuf disciplines olympiques sont inscrites pour la bataille des médailles.  Il s’agit du basketball, football, volleyball, athlétisme, lutte, judo, tennis de table, lawn tennis et handball. A ces principales, s’ajoute les disciplines paralympiques telles que le lancer de poids, le lancer de javelot, le tennis de table et dynamophilie.

Toutes les universités et grandes écoles en compétition lorgnent la couronne d’or de l’Injs. L’Institut de la jeunesse et des sports qui avait surplombée la compétition en 2014 pour les 6 e fois consécutives compte bien maintenir son titre. En face les Université de Douala (2e en 2014), Yaoundé I (3e en 2014) et II ont leur mot à dire sur le déroulement de la compétition. La 18e édition des Jeux universitaires de Yaoundé I va se discuter du 24 au 31 mai. En rappel le démarrage a connu un renvoi le 03 mai 2015.
 
Innovations
La Fédération nationale du sport universitaire (Fenasu) annonce quelques innovations selon les responsables.  Cette édition connaitra pour la première fois des médaillés en lutte féminine, avec l’introduction au cours de des concours en Open challenge, miss et master.
Dans l’esprit des organisateurs, la 18e édition des Jeux universitaires la jeunesse camerounaise est interpellé au «sursaut patriotique pour la croissance et l’intégrité territoriale». Une vision qui s’inscrit dans le cadre de l’interpellation de et à la solidarité nationale à l’endroit des victimes des exactions de la secte islamique Boko Haram ainsi qu’à leurs compatriotes engagés au front. Ainsi le talent sportif académique devra contribuer à sa manière à préserver la paix au Cameroun.

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

7 + 1 =