Dossier Chronique La pédagogie à l’épreuve des réseaux sociaux

La pédagogie à l’épreuve des réseaux sociaux

-

- Advertisment -

Le Barcamp organisé par le Campus numérique Francophone le mercredi 3 juin dernier dans les locaux du Centre de Développement des Technologies de l’Information et de la communication a mis en exergue l’utilité des réseaux sociaux dans la vulgarisation des enseignements au sein de cette institution.

 

Contribuer à la vulgarisation des enseignements à partir des réseaux sociaux par une communauté d’internautes formés est l’objectif qui a encadré cette activité novatrice sur le campus de l’université de Ngaoundéré. C’est au total  25 participants qui ont pris part à ce regroupement dénommé Barcamp. Il était question pour les apprenants d’arrimer les enseignements de cette institution aux défis du numérique notamment des réseaux sociaux qui ont actuellement le vent en poupe. Une non-conférence avec pour principes, pas de spectateurs, tous participants. Les échanges se sont déroulés en atelier, de manière interactive et avec la contribution de tous, autour des rouages  des réseaux sociaux dans l’apprentissage. Pour Samuel Nowakowski, maître de conférences à l’Université de Lauraine en France, par ailleurs animateur de ce Barcamp, la démarche dudit Bercamp répond assez aux problématiques de l’heure en matière d’enseignement à savoir construire avec les étudiants des contenus de cours. « Nous avons voulu voir en quoi les réseaux sociaux peuvent avoir un impact sur la pédagogie au sein des écoles et des universités. On sait que les réseaux sociaux ont pour priorité d’abolir un certain nombre de règles. Cela devient quelque chose qui implique qu’on peut tous collaborer, on peut tous échanger… Lorsqu’on intègre cette logique dans l’enseignement, ceci correspond à dire qu’il y a une mutation du rôle de l’enseignant qui n’est plus nécessairement quelqu’un qui impose son savoir mais celui là qui va construire avec ses étudiants des ressources, un contenu, un savoir et ceci de manière collaborative et constructive ».

L’occasion aura été propice pour partager sur l’impact des réseaux sociaux dans le processus d’apprentissage. Ce nouveau mode d’enseignement participatif ne peut être utilisé sans les Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Education (TICE). Ainsi en près de 10 heures d’activités et au bout de nombreux échanges, Cédric Ntsama, co-animateur, dit avoir atteint les objectifs escomptés : « Aujourd’hui c’est une graine qui a été semée. A la fin de ce Barcamp, on a établi une communauté, ce qui permet qu’on reste en contact les uns avec les autres, tous ensemble nous pourrons véhiculer ce qui a été fait et le pérenniser  afin que cela soit bénéfique à la postérité ». Les participants à cet atelier d’un jour sont venus de plusieurs horizons et sont issus de diverses disciplines scientifiques telles que la sociologie,  la géographie,  l’informatique, entre autres disciplines représentées. Pour Batoure Bamana Apollinaire, responsable du campus numérique francophone, un pas vient d’être franchi dans la combinaison enseignement universitaire et réseaux sociaux au Cameroun par cette expérience concluante. Le Barcamp qui s’est achevé sous de meilleures perspectives a été rendu possible grâce à la convention de partenariat qui lie l’Université de Ngaoundéré et l’Institut Francophone de l’Ingénierie de la Connaissance et de la formation à distance de l’AUF, et ce n’est qu’un début dans la promotion des TICE. Vivement l’université camerounaise ouverte sur les réseaux sociaux !

blank
chateaunews.comhttps://chateaunews.com
La rédaction de www.chateaunews.com

LES PLUS LUS

C'EST TOUT FRAIS

- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you

×