À la Une Actualités Adamaoua : Les opérateurs sommés de payer les taxes...

Adamaoua : Les opérateurs sommés de payer les taxes publicitaires

-

- Advertisment -

En sa qualité d’officier de police judiciaire à caractère spécial, Alfaki Abdourahman délégué régional de la communication a entamé un contrôle des activités publicitaires dans la métropole de la région du château d’eau.

Alfaki Abdourahman délégué de la communication Adamaoua

Monsieur le délégué régional de la communication, qu’est ce qui justifie ce contrôle de paiement de taxe sur la publicité dans la région ?
Il s’agit du contrôle des activités publicitaires préinscrites par la loi sur la publicité au Cameroun. Dans ce cadre j’ai prêté serment il y a quelques années et je suis officier de police judiciaire à compétence spéciale. Depuis l’année dernière j’ai reçu les instructions du ministre de la communication dans ce sens. Nous avons menée en juin 2014 une campagne de sensibilisation des opérateurs économiques. Un an plus tard, nous engageons un contrôle répressif.  Voilà ce qui nous a poussés à descendre sur le terrain.

 

La situation sur le terrain est-elle satisfaisante ?
Nous avons constaté que les usagers, les opérateurs économiques ne respectent pas la réglementation en vigueur. Certains ne payent pas les taxes publicitaires, d’autre payent surtout à Douala aux entreprises qui ont des sièges dans la métropole économique. Dans ce cas, j’ai été amené à leur faire comprendre que les taxes publicitaires des activités menées à Ngaoundéré ne sauraient être versées ailleurs surtout avec la décentralisation en cours. Compte tenu de l’ignorance des acteurs sur cette réglementation dans la région de l’Adamaoua, j’ai été obligé en fin de compte de faire encore de la sensibilisation. La spécificité cette fois pour ceux qui n’ont pas payé c’est qu’il y a des pénalités. J’estime que si certains opérateurs économiques continuent d’être en marge de la loi, cela voudrait dire que la régie publicitaire disposant d’une agence sur place ne fait pas bien son travail.

 

L’objectif visé par cette action répressive par vous engagée ?
Faire respecter la réglementation en vigueur mais aussi faire en sorte que l’Etat rentre dans ces droits en ce qui concerne cette loi sur la publicité qui a été révisée depuis 2006. Il est question de faire respecter les termes de cette loi.

 

De quelle manière s’effectue le suivi de paiement des opérateurs ?
Nous avons demandé la régularisation immédiate de cette situation par les opérateurs. Ils doivent s’acquitter de ce devoir au niveau de la communauté urbaine de Ngaoundéré. Les justificatifs de paiement leur permettront de rentrer en possession des pièces saisies.  

 

Une idée des changements attendus ?
Il est question d’amener les opérateurs à respecter les dispositions de la loi en matière de la publicité.
Le problème n’est pas de sévir ou d’infliger des amandes mais c’est de faire respecter la réglementation sur la publicité. Dans ce cadre, nous veillons aussi au respect des bonnes mœurs.

 

Les personnes concernées par le paiement de la taxe sur la publicité ?
Tous ceux qui font de la publicité de leurs produits commerciaux.  Il peut s’agir notamment des compagnies de téléphonie mobile, les entreprises brassicoles, les sociétés commerciales, etc. Je le rappelle, les amandes vont de 1 million à dix millions de francs CFA selon la loi de 2006.

 

Un message aux opérateurs économique au sujet de la taxe publicitaire?
Qu’ils payent leurs taxes publicitaires pour éviter les sanctions telles que prévus par la loi. Nous voulons que les opérateurs respectent la réglementation pour éviter des désagréments. Chacun de nous à l’obligation de s’acquitter des taxes qui encadrent ses activités. Nous comptons donc sur le civisme de tout un chacun.

blank
chateaunews.comhttps://chateaunews.com
La rédaction de www.chateaunews.com

LES PLUS LUS

- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you

×