À la Une Actualités Attentat kamikaze à Maroua : Les révélations

Attentat kamikaze à Maroua : Les révélations

-

- Advertisment -

Le dernier bilan  fourni par les responsables sanitaires et de sécurité sur l’attentat du samedi 25 juillet 2015 fait de 21 morts, plus de 85 blessés et 6 cas critiques.

Difficile d’avoir tous les renseignements sur cette situation à Maroua. Toutes les autorités gèrent la crise avec les collaborateurs et les responsables des forces de sécurité sont en alerte maximale. Ailleurs, on parlerait de plan anti-terroriste avancé certainement.

En ce qui concerne l’attentat, les sources parlent de deux kamikazes qui sont à l’origine du drame. La principale, une jeune fille de moins de 15 ans, habillée d’un ensemble pagne avec, précise-t-on, un foulard sur la tête, s’est faite exploser devant le Bar « Boucan »  en  causant d’énormes dégâts matériel et humain.

D’après les renseignements et témoins rencontrés, la  jeune fille était accompagnée dans son massacre par un jeune homme qui a également actionné sa charge. La puissante charge aurait été dissimulée dans le foulard que portait la  suicidaire pour éviter d’être détectée. Le fait pour ces adeptes de la terreur d’avoir déjoué le dispositif sécuritaire est la preuve que ces derniers changent de méthodes.

L’attentat s’est produit au lieu dit Pont Vert aux environs de 19h40 (heure locale). Le quartier est situé dans l’arrondissement de Maroua 1er qui abrite les services du Gouverneur, le centre administratif et des buvettes très fréquentées.  Nous avons appris qu’un suspect des attentats de Maroua activement recherché par les forces de l’ordre a été arrêté. La police et les éléments de la gendarmerie ont effectué plusieurs interpellations.

Température

Dans la ville, les populations selon des sources policières ont effectué plusieurs dénonciations qui ont parfois permis des interpellations. On a assisté ce soir à l’arrestation d’un individu sorti de la mosquée par les fidèles qui l’on suspecté d’appartenir à la secte islamique. Curieusement l’homme ne parvenait pas à réciter une seule sourate pour un croyant.

À l’hôpital régional de Maroua, les personnels, volontaires de Croix rouge et Médecins Sans Frontières s’attellent à sauver les blesser surtout certains dont le pronostic vital est engagé. Les spécialistes sont débordés par le nombre élevé de blessés, sans compter les brûlés. Pour gérer la situation, des tentes sont dressées dans la cour du centre de santé dont les espaces ne suffisent plus pour accueillir tout le monde.

Plus :   Cameroun : Le cortège du MINAT Atanga Nji et du MINDUH Ketcha Courtès fait un accident à l'Extrême-Nord

Les policiers sont postés à l’entrée de l’hôpital. Des fouilles systématiques des  populations sont effectuées. Les visiteurs sont proscrits. Le matin, l’interdiction était totale.

Plus :   Ahmadou Ahidjo, 30 ans après sa mort repose toujours à Dakar au Sénégal

Dans la ville, la circulation a repris timidement ce dimanche en début d’après-midi. Les voitures personnelles n’étaient pas très visibles sur les routes.  Seules les motos privées et moto taxi ont animé les rues.

Côté activités, un marché périodique n’a pas ouvert ce dimanche. Il s’agit de Loumo Babba, qui se déroule d’habitude à 1 km du lieu de l’explosion de ce samedi. Ce marché en plein air, des assiettes et autres affaires ménagères, attire beaucoup les femmes qui y font les courses les dimanches.

maroua dimanche

Moment sombre
Le Cameroun traverse une mauvaise passe. L’attentat du samedi est l’un des plus graves qu’a connu le pays depuis son histoire. Sur une période de 15 jours, trois attentats kamikazes ont été perpétrés faisant 48 morts et 101 blessés de sources officielles, sans oublier les mutilés, traumatisés et orphelins à vie de cette situation.

Le gouverneur de la région de l’Extrême-nord Midjiyawa Bakary a pris des mesures hier à l’issu de la réunion de coordination sécuritaire. Parmi les mesures fortes prescrites l’on retrouve : la réactivation des comités de vigilance, la remise sur pied de la police municipale, interdiction du commerce ambulant, la déclaration des locataires dans les maisons, cartographie des lieux de cultes ainsi que leur limitation au strict nécessaire, pas de regroupement de plusieurs personnes en public, les badeaux ne doivent plus être présents dans la ville, les motos taxi doivent porter au plus 2 individus, toutes les motos doivent être en règle, entre autres dispositions sécuritaire en ces temps de crise. Il s’agit de rendre opérationnel et efficace le concept de défense populaire.

En rappel, l’on a eu à Fotokol le 12 juillet 13 morts et 7 blessés, au Marché central de Maroua le 22 juillet 14 morts et 31 blessés, et au Pont vert le 25 juillet 21 morts et 63 blessés. Dans le communiqué d’État de ce jour, le ministre de la Communication indique le chiffre de 14 morts et 20 blessés. Ce qui est loin des réalités vécues par les habitants et observateurs de Maroua.

blank
chateaunews.comhttps://chateaunews.com
La rédaction de www.chateaunews.com

LES PLUS LUS

- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you

×