À la Une Actualités Extrême-nord : La Tolérance Zéro en vigueur

Extrême-nord : La Tolérance Zéro en vigueur

-

- Advertisment -

Après l’attentat du 25 juillet 2015 qui a fait 21 morts et plus de 100 blessés dont certaines personnes mutilées à vie, rien ne sera plus jamais comme avant.

Le troisième attentat perpétré par les Kamikazes le samedi 25 Juillet au Pont Vert dernier est intervenu seulement trois jours après ceux de Bamaré et du marché central de Maroua et une semaine de ceux de Fotokol perpétrés le 12 juillet 2015. Le lourd bilan enregistré est révélateur de la nature importante de la charge explosive utilisée. Tous ces faits témoignent de la légèreté avec laquelle, les autorités administratives et sécuritaires de la région ont mis à réagir face à la menace. Durant cette période d’observation, les terroristes ont eu le temps d’ajuster leur stratégie et exploiter les failles du système de sécurité alors en place en ce moment.
Selon les informations communiquées par de jeunes adeptes de la secte Boko haram arrêtés en possession de bombes artisanales, il y aurait plusieurs éléments convertis en kamikaze qui ont pénétré au Cameroun.  Les opérations de ratissage de la police et des forces armées pas encore intensifiées avant les attentats a permis à plusieurs de fondre dans la nature.  Les bombes humaines pour la plupart des femmes et enfants circulent parfois librement sans être inquiétés en attendant le bon moment de semer le ko. Dans la majorité des cas interpellés, les terroristes ne détiennent aucune pièce d’identification  et donc ne peuvent facilement être suivi dans leurs mouvements.

 Des forces de sécurité et de defense sur le site de l’attentat au Pont vert à Maroua

 Tolérance zéro
Pour le patron de la région, il ne sera plus question de fermer les yeux. Le gouverneur de l’Extrême-nord Midjiyawa Bakary a pris avec son état-major des mesures draconiennes depuis dimanche qui a suivi l’attentat.  Depuis lors, de nombreuses réunions de coordination sécuritaire avec les préfets des six départements, les autorités religieuses, les élus du peuple et autres forces vives se sont déroulées dans la perspective d’adopter une stratégie globale.
Sur le terrain, les sous-préfets auront la charge de recenser les étrangers vivant dans les différents quartiers. Aux maires et au délégué du gouvernement de la communauté urbaine de Maroua, le gouverneur a demandé de mettre sur pied la  police municipale pour surveiller les lieux de forte affluence à l’instar des marchées. A l’endroit des chefs de quartier, il a instruit la réactivation des comités de vigilance, l’interdiction des écoles coraniques clandestines et la limitation des lieux de cultes au strict nécessaire.

Plus :   N’Gaoundéré : Quand Paul Atanga Nji fantasme
Plus :   N’Gaoundéré : Quand Paul Atanga Nji fantasme

Défense populaire
Dans le même temps, les commerces ambulants et les mendiants très souvent en vadrouille dans la métropole Maroua ont été interdits jusqu’à nouvel ordre. Les propriétaires de maison n’ont pas été oubliés dans ce ratissage massif. Ces derniers sont sommés d’identifier et faire enregistrer leurs locataires. Côté circulation, les motos taxi doivent porter au plus 2 individus et toutes les motos doivent être en règle ou garer tout simplement.
Les populations sont astreintes au respect scrupuleux des règles de sécurité et surtout des mesures visant à limiter la circulation des personnes ainsi que de leurs biens à des heures précises. Pour les populations, ces dispositions sécuritaires contribueront à rendre opérationnel et efficace le concept de défense populaire. Tous espèrent seulement que les éléments des forces de l’ordre vont veiller à l’application de ces mesures salutaires et nécessaires pour éviter un nouveau carnage pouvant résulter de certaines défaillances.

Tentative d’incursion
La nuit du dimanche 26 juillet entre 18h et 22h, des attaques des éléments de Boko haram ont été repoussées dans la localité de Krewa. D’autres échanges de tirs avec les militaires se sont déroulés à Bogo et Magada vers Mokolo dans le Logone et chari. Dans tous ces affrontements, les forces de maintien de l’ordre du Cameroun ont eu le dessus. Selon un informateur, l’entrée des kamikazes a été facilitée par la complaisance des policiers et gendarmes postés aux frontières. En effet, ces derniers laissaient passer les étrangers contre de modiques sommes et généralement sans aucune fouille de bagages ni contrôle de l’identité.

blank
chateaunews.comhttps://chateaunews.com
La rédaction de www.chateaunews.com

LES PLUS LUS

- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you

×