À la Une Actualités Cameroun-Élections centrafricaine : 50 milles réfugiés concernés

Cameroun-Élections centrafricaine : 50 milles réfugiés concernés

-

- Advertisment -

Les des milliers de réfugiés disséminés dans l’Adamaoua vont participer au processus électoral, a annoncé l’Ambassadeur de la République Centrafricaine.

Les prochaines échéances électorales s’annoncent mouvementées pour les réfugiés installés dans la région du château d’eau. L’Ambassadeur de la République Centrafricaine en a fait l’annonce la semaine dernière au cours de sa visite travail avec les compatriotes résidents dans l’Adamaoua. Les réfugiés centrafricains peuvent s’estimer ainsi pris en compte dans le processus électoral par leur gouvernement. Depuis la crise centrafricaine de 2013, ils sont des milliers à avoir migré au Cameroun pour des questions de sécurité. Les régions de l’Est et de l’Adamaoua sont les plus touchées par ce flux important de centrafricains en détresse.

Selon les récentes statistiques fournis par le HCR, on évoque plus de 40 mille réfugiés résident dans la région dont 11 mille dans le camp de Borgop, 6 mille à Ngam et les autres se sont intégrés au sein des populations. Des chiffres qui sont loin de la réalité dans les localités frontalière de la RCA. De manière générale, on parle de 107 milles potentiels électeurs répertoriés sur l’ensemble du territoire national. Une masse d’électeur qui pourrait changer le destin d’un candidat au suffrage exprimés. Une raison qui pousse le gouvernement centrafricain à les mobiliser pour un retour à la stabilité du pays.

Remise de matériel au Gouverneur de l’Adamaoua par l’Ambassadeur de la RCA au Cameroun.

Dans six semaines, les élections centrafricaines devront s’être déroulées. La nation fébrile a besoin de tous ses fils pour se reconstruire. Ce qui justifie la descente dans les camps de refugier de Son Excellence Beti Martial Maracace, est allé rappeler à ces déplacés qu’ils demeurent des citoyens à part entière avec le droit de vote. Selon les informations communiquées par l’ambassadeur, les identifications pourraient démarrer du 16 au 18 novembre prochain. Un accord tripartite est en voie de signature entre le gouvernement Centrafricain, le Cameroun et le HCR pour assurer l’opération d’identification biométrique des réfugiés dans les dix régions. Les actions auraient déjà commencées par l’enrôlement des réfugiés dans les métropoles de Yaoundé et Douala.

Par ailleurs, les échanges entre le diplomate centrafricain et Abakar Ahmat gouverneur sortant de l’Adamaoua ont également portés sur la situation sécuritaire. SE Beti Martial Maracace, a manifesté son mécontentement à propos de l’infiltration présumé des centrafricains dans les bandes criminelles qui pour lui sont des actes qui sont de nature à ternir l’image du pays. A l’occasion Khassim Diagne, représentant HCR au Cameroun en a profité pour lever toute équivoque sur les soupçons de protection des refugier récalcitrants. Pour lui, le HCR coopère avec les forces de l’ordre pour maintenir la sécurité sur les sites des réfugiés. Séance tenante à la région, il a été remis deux véhicules 4×4 qui seraient destinés aux forces de défenses et du matériel de bureau pour accompagner les activités.

Plus :   La scolarisation de la jeune fille inquiète à Moulvoudaye
blank
chateaunews.comhttps://chateaunews.com
La rédaction de www.chateaunews.com

LES PLUS LUS

- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you

×