boukargouv
NEWSLETTER

Français     English

Share this

Après la passation de commandement entre Abakar Ahmat et le nouveau gouverneur, place à la réalité dans les torrents de la région du château d’eau.
C’est une région en pleine quête de ses marques que Kildadi Taguieké Boukar a le devoir de gouverner. L’homme du haut de ses différents postes à la tête des unités administratives a une certaine connaissance des réalités de la région. Les deux postes de sous-préfets et de préfet, pourraient faire de lui l’homme de la situation. Seulement les spécificités de cette région sont loin d’être aisées. Fort de sa position de carrefour détenant les frontières avec 5 régions et 2 pays voisins à savoir le Nigéria et la RCA, l’Adamaoua semble complexe à gérer. Les défis pour le gouverneur entrant sont de ce fait nombreux.

Quel gouverneur pour quelle région ?

Le 03 novembre dernier lors de son installation officielle à la place des fêtes de Ngaoundéré, Réné Emmanuel SADI le Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation le lui a rappelé. « Vous devez préserver le climat de paix et la sécurité dans cette région. Il vous est également demandé de poursuivre le combat pour assurer la sécurité des personnes et des biens mais aussi réduire à leur plus simple expression les phénomènes de viol de bétail, de coupeurs de route, de prise d’otages, de litige foncier qui minent le lot quotidien des populations. » peut-on résumer les déclarations de Réné Sadi à l’endroit de Kildadi Taguieké Boukar. Par ailleur, le nouveau promu devra braver les obstacles naturels que constituent les mentalités parfois rétrogrades des populations locales.

Profil 
Né à Koza en 1960, dans le département du Mayo Tsanaga, région de l’Extrême Nord, le nouveau gouverneur de l’Adamaoua était jusqu’à sa promotion, préfet du Mayo Banyo. Il fut le tout premier sous-préfet de l’arrondissement de Ngaoundéré 2e en 2007. Issu de la promotion 1998 du cycle A et de 1986 du cycle B de l’Enam, Kildaddi Taguiéké Boukar est un administrateur civil principal qui remplace l’ex gouverneur Abakar Ahamat, qui après près de 32 ans de service rendu à la nation, est appelé à faire valoir ses droits à la retraite. Il était à la tête de la région de l’Adamaoua depuis mars 2012.

Share this
Lire aussi / Also read
Contentieux électoral : L’indépendance des magistrats du Conseil Constitutionnel est-elle relative ?

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

6 × = 54