Dossier Chronique La révolution de la musique camerounaise

La révolution de la musique camerounaise

-

- Advertisment -

Le rap camerounais nous montre le chemin. C’etait d’abord Valsero avec sa lettre au president, et puis Stanley Enow avec son rap dansant, et puis aujourd’hui Franko avec ‘coller la petite’ – qui est alle vers l’afro-beat nigerian pour redefinir le rap camerounais. En malaxant le francais dans la sauce jouissive de notre pays-la, et qui a mis en feu l’ame meme de notre peuple. ‘Coller la petite!’ Une immense revolution est en train d’avoir lieu devant nous, et vous la verrez sur cette video-ci, exprimee posement, calmement. La revolution simplement, car il ne s’agit pas de parler, mais d’agir. Il ne s’agit pas ‘d’arreter de cogiter’, mais justement de faire de la musique intelligente mais agissante. Et c’est ce que vous voyez enfin arriver au Cameroun – la forme de rap qui a secoue le peuple partout en Afrique, et pas seulement par des millions de clicks sur Youtube, mais le met a la tache. Il ne s’agit pas seulement de danser, de secouer ses fesses, mais de pousser un peu plus loin les frontieres de nos possibilites. Il fallait bien que nous voyions un jeune ecrire une lettre au president de la republique sans etre arrete – et Valsero l’a fait, et a cartonne avec ca, sur un sound system de Tupak Shakur. Il fallait bien que nous voyons, dans ce pays qui etait si pris en otage par les sous-prefets, il fallait bien que nous voyions un artiste defier une ‘autorisation de sous-prefet’ – et c’est un artiste qui l’a fait. Franko l’a fait, sur un sound system nigerian, Hobskur le fait avec la volonte de chacun de nous.

Les intellectuels camerounais se sont toujours mis contre la musique camerounaise, l’accusant de tous les maux, la jetant aux gehennes, or voila la musique qui evolue, qui pousse les frontieres, qui rend le futur possible devant nous tous. Ils sont tombes ensemble sur les musiciens camerounais, les traitant de tous les mots. Or voila Hobskur qui nous montre le futur qui a deja ete balbutie pas a pas par ses collegues. Il le fait calmement d’abord, posement, lui qui a compose l’hymne de ‘Generation Change.’ ‘Je suis venu a Paris pour defendre ce projet’, et c’est bien de quoi il s’agit. Ne pas chanter seulement pour secouer les fesses, pour coller les petites, mais aussi et surtout pour rendre le futur possible. Le rap du futur c’est ca – allez partout en Afrique, et vous allez le voir, vous allez le decouvrir, vous allez voir que la musique camerounaise, quand elle est prise en main par les intellectuels, par l’intelligence en fait. La musique c’est l’expression de l’intelligence, en effet et de ce point de vue, quand elle exprime l’intelligence la plus pure, elle est encore plus belle car elle est populaire. Il s’agit au fond, de fabriquer un nouveau type de musicien, et surtout donc nouveau type de camerounais car la musique est apres tout la forme d’expression dans laquelle la liberte la plus pure de notre intelligence se manifste. Merci, Hobskur, meci, le petit soldat legendaire, pour ce travail extraordinaire, pour cette liberte de ton et pour cette vision du futur qui se manifeste ainsi.

Plus :   La pédagogie à l’épreuve des réseaux sociaux
Plus :   Jean-Paul Pougala : « Lorsqu'un tireur de pénalty fait Auto-goal en s'auto-proclamant Président de la République virtuelle de Baham (Batié) »

 

Voici l’interview:
https://www.youtube.com/watch?v=iJ_csfHK9mk

 

Voici l’hymne de Generation Change:
https://www.youtube.com/watch?v=iurqSVPhyIk

blank
chateaunews.comhttps://chateaunews.com
La rédaction de www.chateaunews.com

LES PLUS LUS

- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you

×