À la Une Actualités Cameroun - Ebola: Les populations de Bamenda boycottent les...

Cameroun – Ebola: Les populations de Bamenda boycottent les tests

-

- Advertisment -

Sur les antennes du Poste national de la Crtv Hier, on a passé un extrait  de la conférence de presse  du ministre de la Santé publique (Minsanté), André Mama Fouda,  tenue mercredi dernier à Yaoundé.

Or,  une source bien intégrée au Minsanté dément la tenue de celle-ci à cette date précise. L’extrait diffusé, qui n’est qu’une reprise du discours très rassurant de André Mama Fouda le 30 octobre dernier sur la pratique  des tests par les professionnels, n’a pas empêché les  populations de  la ville de Bamenda (région du Nord-ouest) de dire «non» quelques heures plus tard au déroulement de ces derniers devant l’Hôpital régional de ladite cité. «Nous ne voulons pas de ce vaccin.

Le virus ne circule pas au Cameroun», ont-elles scandé. Pour respecter l’accord fait  avec le laboratoire  Glaxosmithkline (Gsk), 120  membres du corps médical ont accepté de jouer les cobayes moyennant une somme de 5000 Fcfa, apprend-on d’une source sous anonymat. En plus de cet argent, «les sujets devaient  donner un contact de l’un de leurs proches au cas où les essais venaient à se compliquer», affirme encore notre source.

Sur les ondes du  Poste national comme au sein de la population, les réactions sont ce que l’on pourrait qualifier de «colériques». «Le Cameroun n’a jamais enregistré de cas d’Ebola sur son territoire. Pourquoi a-t-il été choisi pour ces tests ? », s’interrogent les populations. «On en a signalé au Nigeria.

Mais, il n’est pas sur la liste», s’étonnent-elles. « Au Cameroun, le protocole de recherche a reçu l’aval du Comité national d’éthique et de la Division opérationnelle de la recherche en santé du ministère de la Santé publique. Les essais cliniques phase II impliquent cinq pays proches de ceux qui ont connu l’épidémie, à savoir le Mali, le Ghana, le Sénégal, le Nigeria et le Cameroun.», apprend-on.

Tout comme l’Hôpital régional de Bamenda, le Centre Pasteur de Yaoundé, à travers son Centre de recherche clinique Butterfly, est le deuxième site d’expérimentation. Tous deux présentent les capacités exigées pour accueillir ce projet qui doit  enrôler 400 sujets volontaires à raison de 200 par site, d’octobre 2015 à octobre 2016.

En rappel, la fièvre à virus Ebola est une pathologie qui se manifeste entre autres par une forte fièvre, des douleurs musculaires, des maux de tête, des vomissements et des diarrhées. Elle a causé la mort de plus de 11.000 personnes en  Afrique de l’Ouest (Guinée, Liberia, Sierra Leone).

 

Paulette Ndong

cameroonvoice.com

 

blank
chateaunews.comhttps://chateaunews.com
La rédaction de www.chateaunews.com

LES PLUS LUS

Dernières informations

- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you