À la Une Actualités Cameroun : Mouvement de colère des populations du Mayo...

Cameroun : Mouvement de colère des populations du Mayo Baléo

-

- Advertisment -

Les chefs traditionnels des villages situés le long de la route Tignère-Kontcha ont manifesté leurs mécontentements suite l’abandon des travaux depuis 2 ans.

La situation longtemps ignorée est en voie de dégénérer en mouvement social. Les travaux d’entretien de l’axe Tignère-Kontcha sont aux arrêts depuis plusieurs mois. Les populations manifestent leurs mécontentements contre l’entreprise « Uniprovince sarl » accusée de détournement des deniers public.

Les villages environnants, très enclavés, n’ont pour seule connexion avec l’extérieur que cette route, pour l’heure impraticable. Dans les faits, au cours de la programmation dans le budget du Cameroun de l’exercice 2014, une enveloppe de 700 000 000Fcfa avait été octroyée pour l’exécution des travaux d’entretien de la route en terre Tignère Kontcha (RD20), par l’entreprise “Uniprovince sarl” avec un payement d’avance de 100 000 000 Fcfa. L’abandon du chantier routier a provoqué la colère des chefs traditionnels, porte-parole des populations. Réunis en marge de la cérémonie d’intronisation du Lamido du Canton de Mayo Baléo, le 26 janvier dernier, aux fins de débattre des problèmes de la non-exécution des travaux, les chefs traditionnels et autres élites ont adressé une pétition à Emmanuel Nganou Djoumessi, ministre des travaux publics.

{sidebar id=21} D’après les sources proches du dossier, la présidence la république aurait été informée du risque d’un soulèvement des populations de cette partie du pays. Des sources bien introduites laissent entendre que Paul Biya aurait ordonné au gouverneur de la région du château d’eau d’éviter tout risque de soulèvement. Cela pourrait justifier le déplacement du gouverneur de l’Adamaoua Kildadi Taguiké Bouka en tournée de prise de contact dans le département du Faro et Déo depuis le 9 mars. Le non-respect des engagements contractuels dans le cadre de l’exécution de ce marché fait perdurer le calvaire de ces communautés. «Après que l’entreprise ait gagné le marché, ils ont amenés des engins sur le terrain dont certains sont resté garé jusqu’aujourd’hui. Nous voulons que les autorités sachent ce qui se passe. L’entretien de cette route est financée sous fonds publics » s’offusque un chef traditionnel affecté. La tournée du gouverneur dans ce département s’inscrit donc dans la logique d’apaiser les tensions et préconiser des solutions urgentes à ce problème.

Le Mayo baléo figure parmi les plus enclavé de l’Adamaoua. Les routes sont dans un piteux état. Les populations ne reçoivent aucun signal des chaines locales encore moins les réseaux de téléphones mobiles et le ravitaillement en carburant. Les produits de premières nécessitées consommés sur place proviennent du Nigéria voisin. La monnaie en circulation est le Naira. Pa ailleurs, plus de 200 villages sont situés sur l’axe Tignère et Kontcha dont l’accessibilité est difficile en saison pluvieuse. A en croire les sources proches du dossier, l’implication du gouverneur dans cette autre affaire liée à la mauvaise exécution des marchés, constitue une lueur d’espoir pour les bénéficiaires attachés à ce seul moyen de communication qui les lient avec le reste du monde.

blank
chateaunews.comhttps://chateaunews.com
La rédaction de www.chateaunews.com

LES PLUS LUS

- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you

×