Société Divers Un arbre tue deux personnes à Ngaoundéré

Un arbre tue deux personnes à Ngaoundéré

-

Le véhicule de couleur rouge, marque Toyota de type Yaris immatriculé AD 940 AJ a été fauché au passage par une grosse branche de kapokier le samedi 9 avril dans après-midi. L’incident est survenu sur l’axe carrefour marché Bantaïl et l’école primaire de Djackbol dans la ville de Ngaoundéré, région de l’Adamaoua. Le long de cet axe, on retrouve ces arbres appelés kapokiers plantés par les autorités coloniales qui produisent des coques de coton qui servant à la fabrication des matelas et coussins localement. Les occupants de la voiture des dires des témoins seraient tous de la même famille.

{sidebar id=13} Sur place, les témoins racontent que le vent qui a soufflé ce samedi aux alentours de 13h avec de légères gouttelettes de pluies serait à l’origine du drame. Au passage de la voiture et de ses occupants, le gros morceau d’arbre secoué par le vent est tombé sur le bitume immobilisant la voiture qui roulait. Le choc brutal a produit un bruit violent qui a alerté le voisinage. À ce lieu, les activités sont peu intenses et la circulation moins dense, ce qui a limité les dégâts.
Rapidement les secours se sont organisés. Armés de haches, machettes et tout autre matériel utiles, les populations sont venues tenter de secourir les passagers. Sur ces entrefaits, les sapeurs-pompiers sont arrivés avec leur arsenal mécanique pour sortir les corps bloqués dans le carrosse. Malheureusement, les personnes à la cabine n’ont pas survécues. « C’était leur jour, sinon Allah aurait permis qu’ils passent d’abord… » s’est écrié un passant surpris par la nature de l’accident.
D’après les informations glanées sur place, un enfant assis en arrière aurait été sorti et évacué à l’hôpital. Ses jours ne seraient pas en danger. Bilan : deux morts dont le chauffeur, un jeune homme et une femme, tous des jeunes originaires de l’Adamaoua. Le plafond de la voiture a été totalement aplatit sous le poids de la grosse branche. La famille dont certains membres étaient déjà sur place est dans la désolation. « Je suis dépassé par ce que je vois, mon Dieu ! » s’est exclamé l’un des proches soutenu par des connaissances dans cette épreuve difficile.

chateaunews.comhttps://chateaunews.com
La rédaction de www.chateaunews.com
- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you

×