À la Une Actualités Cameroun : Le phénomène d’insécurité plombe l’économie à Martap

Cameroun : Le phénomène d’insécurité plombe l’économie à Martap

-

- Advertisment -

Le phénomène des enlèvements avec demande de rançons, les assassinant, les populations désertent les villages de l’arrondissement de Martap, dans le département de Vina, région de l’Adamaoua.

Hôtel de ville de Martap

{sidebar id=21} Depuis près d’un an à Martap, l’économie est en berne. Les habitants victimes d’assauts répétés de bandes armés. Villages désertés, chaumage ambiant, famine persistante, chute de l’économie locale, sont devenu le ²quotidien des populations des jeunes de cette localité situé à près de 200 Km de Ngaoundéré. Le jeune arrondissement crée en 2007 par décret présidentiel était pourtant promus à un bel avenir avec l’annonce de grands projets mais c’était sans compté la ténacité des brigands qui ont envahis les brousses. La population en majorité les agriculteurs ont abandonnés les activités dans les plantations. L’insécurité empêche la mise en œuvre de toutes activités champêtres dans les agglomérations. 

La saison agricole dernière, la production agricole était en nette baisse. L’effectif des bétails également avait considérablement diminué à cause de l’enlèvement des propriétaires des troupeaux ou des membres de leurs familles avec rançonnement. Suite à cette impossibilité de vaquer à leur occupation agropastorale traditionnelle, beaucoup de personnes sont contraint à la migration forcée. Partout dans les villages et dans tous les secteurs d’activités, c’est le même spectacle désolant. La peur à pris le dessus sur la volonté de travailler.
Dans le village de Birsock, localité située à 95 km de la ville, toutes les familles nantis ont fuis leurs concessions. Après le départ de certains, les domiciles ont été vandalisés, vidés de leurs biens et hottés de leur toit. La conséquence de ce départ massif et précipités des richissimes dans les villages de Martap se fait davantage ressentir dans les activités commerciales. A cela s’ajoutent les nombreuses activités laissées aux arrêts qui nourrissaient plusieurs personnes. Les regards se tournent vers les autorités de qui les populations attendent de trouver de solutions durables à cet épineux problème d’insécurité. Des mesures d’urgences doivent être prises par le Kildadi Taguiéké Boukar gouverneur de l’Adamaoua pour que la vie reparte de belle à Martap.

blank
chateaunews.comhttps://chateaunews.com
La rédaction de www.chateaunews.com

Les Plus Lus

- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you