babaamadou
NEWSLETTER

Français     English

Partager/Share
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le représentant du département de la Vina à la chambre haute du parlement menace d’exproprier de leur terre les habitants de la localité de Dori par Malo-Dang, arrondissement de Ngaoundéré III.

 

C’est un litige foncier de plus qui vient rappeler la triste situation que vivent les propriétaires de terrain dans la région de l’Adamaoua. Depuis quelques années les plaintes se multiplient à propos des arnaques et détournement de bien foncier. Les terrains de l’Etat ne sont épargnés par ces rapaces d’espaces. Au centre du litige, l’implantation d’une industrie de transformation de la patate. Le sénateur Rdpc de la Vina Baba Amadou et un Gic se disputent 24 ha de terrain dans la localité de Dori par Malo-Dang, arrondissement de Ngaoundéré 3ème. Les deux parties sont à couteaux tirés depuis l’annonce de l’implantation d’une industrie de transformation de la patate de la localité de Malo-Dang. Dans cette mafia figure les noms de certains notables du lamidat de Ngaoundéré, les autorités de Ngaoundéré 3 et chefs de quartier de cet arrondissement.
{sidebar id=21} La société est au centre de tous les enjeux de la querelle et les motivations du sénateur Rdpc Baba Hamadou, qui, selon nos informations a engagé un processus d’expropriation des habitants de cette banlieue de la ville de Ngaoundéré, dont les populations ont fait de l’agriculture, de l’élevage, leur gagne-pain quotidien. « C’est depuis plus de quarante ans que certains d’entre nous sont propriétaires de l’espace que nous exploitons pour les activités d’apiculture, d’agriculture et d’élevage. Ils avaient acquis le terrain auprès du défunt chef de village Djaoro Issa moyennant une modique somme. Depuis plus d’une décennie, plus de 14 familles cultivent dans cette superficie dans le cadre des activités de notre Gic. Mais nous avons été surpris un jour que le sénateur Rdpc Baba Hamadou a démarqué pour nous intimer l’ordre de déguerpir, sous le prétexte que le terrain l’appartient » explique l’un des membres du groupement d’initiative commune.
Pour le propriétaire du terrain Sadou Bia, il s’agit d’un trafic d’influence et une tentative d’expropriation frauduleuse auxquels s’adonnent des élites aux intentions malsaines. Les populations du village Dori, l’homme politique veut user de son autorité et de ses relations au sein du système pour arracher leur terrain. « Nous avons appris qu’il veut développer une grande plantation de patate dans le cadre de l’implantation d’une industrie de transformation de la patate. Il a donc voulu user de tous les moyens pour s’en accaparer de nos terres. Nous lançons un appel au Président de la République, qui est un bon père de famille, épris de justice et de paix, de réagir dans le cadre de ce problème où nous sommes sans voie face aux agissements de l’un des membres influents de son parti dans le département de la Vina » lance désespérément Ibrahima Nana, habitant du village Dori. Au sein du village, la tension est vive et les populations en grande majorité militants du Rdpc se sont résolus à écrire au Président national de leur parti si le sénateur Baba Hamadou n’abandonne pas sa manœuvre et son abus d’autorité. Notre tentative de joindre le sénateur pour en savoir plus sur les accusations d’expropriation dont il est l’objet de la part des populations est restée infructueuse. Certains de ses proches nous ont expliqué, qu’il serait très occupé ces derniers temps par les travaux de la session parlementaire du mois de juin.
De source bien introduite auprès des services compétents, l’homme politique ne détient pas un titre foncier pouvant justifier sa paternité de cet espace de 24 ha. Les populations et membres du GIC pour le développement de l’apiculture, de l’agriculture et de l’élevage de l’Adamaoua (DAAE) quand eux brandissent leur droit de propriété au regard du fait qu’ils exploitent cette parcelle depuis plus de quarante ans. D’ailleurs, dans le cadre de leurs activités de lutte contre la pauvreté en milieu rural, ils ont bénéficié d’un don de tracteur du ministère de l’agriculture et du développement rural pour booster leur production.

Source : Auroreplus

EN KIOSQUE


journal chateaunews

Lisez et TÉLÉCHARGEZ le numéro 58 de votre Journal digital CHATEAUNEWS

La reprise des cours ce 1er juin 2020 sous des risques. Pendant que les élèves et étudiants reprennent les cours...

TELECHARGER

VOIR TOUTES LES ÉDITIONS