adamaoua
NEWSLETTER

Français     English

Share this

Adamaoua, 10e au classement national des régions, pourtant 2e région minière selon les sources officielles.

La région dispose du plus grand reseau fluvial et de multiples atouts naturels…

{sidebar id=21} Malgrés sa position au centre du pays, sa situation de region carrefour voisine à 5 régions et 3 pays (Nigéria, Rca et Tchad), une des université (Université de Ngaoundéré) parmis les plus performantes et techniquement diversifiée, sa population cosmopolite jouissant d’un climat favorable pour l’agruculture en toute saison facteur de son statut de région pastorale par excellence, le Chateau d’eau reste à la traine sur le plan aussi bien économique que infrastrurel. Et pour cause, les divisions ethniques, l’absence de solidarité autour de l’interêt général, le faible dynamisme des population, le faible niveau d’entrepreunariat des jeunes, la sous scolarisation, les mentalités, entre autres réalités tirent la région vers le bas.
Selon un tiers des personnes approchées, il ressort que me jeux double des élites constitue l’un des handicap. Nous a t’on dit, les élites s’activent a bloquer les projets ou etouffer les initiatives pour maintenir leur leadership. Les avis varient selon la classe sociale. “Il faut un veritable reveil. Les populations n’ont pas conpris les vrais enjeux du developpement et demeurent dans les attitudes du passé a l’ère du mondialisme et du numérique qui oblige chacun à exoposer ses valeurs, jouer sa partition, dans le concert des nations…” a souligné une elite locale membre d’un parti politique influent. Cette reaction cadre avec les analyses de plusieurs experts et sociologues qui expliquent le marasme economique observé. Pour les jeunes, le mal est ailleurs. “Nos parents ne veulent pas nous voir evoluer et continuent de préserver certaines traditions hostiles aux developpement. Cela rend impossible l’emergence d’idées nouvelles et donc freine la créativité des jeunes contrairement a d’autres régions” révele Hamadou étudiant originaire de l’Adamaoua.
Un regard qui ne saurait excuser voire justifier pour autant la dependance à la drogue de plusieurs adolesents et l’inactivisme de nombreux jeunes dans différentes localités de la région. Des faits qui plombent l’essors dans divers secteurs. Par ailleurs la débauche et le grand banditisme s’enracinent au détriment de la création des richesses.
Il faut souligner qu’il demeure un fort encrage socioculturel qui anime la vie les population autochtoctones. Notons que les spécialistes révellent qu’aucun développent ne peut se faire sans un réel engagement des populations beneficiaires. A quant donc une Adamaoua vigoureuse et conquérente, cela pourrait dependre du niveau de prise de conscience.

Lire aussi / Also read
Emmanuel Macron : "Le français sera la première langue de l'Afrique"

Par fadart.info

Share this

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

8 × 1 =