jeunes cacances
NEWSLETTER

Français     English

Share this

Le choix de l’activité des jeunes pendant les vacances est une équation économique très vite résolue par les enfants de la région de l’Adamaoua qui mènent plusieurs activités à des fins diverses.

 {sidebar id=21} Depuis pratiquement un mois, les élèves sont en vacances, plusieurs d’entre eux se livrent à des activités diverses. En attendant les résultats des examens officiels de la session 2015/2016, les vacanciers se lancent dans la débrouillardise. Certains ont opté pour le petit commerce tel que la vente d’arachides bouillies, maïs grillé, prunes, etc. Dans les rues de Ngaoundéré, il est courant de tomber sur ces jeunes avec leurs marchandises en main ou sur la tête. « Je vends les arachides pour aider mes parents à préparer la rentrée » nous confie Pulchérie, vendeuse ambulante. 

Les amoureux du sport n’ont que l’embarras de choix dans les différentes aires de jeux de la ville. Un camp sportif est organisé au Lycée classique et moderne de Ngaoundéré. Les jeunes âgés de 5 à 20 ans y pratiquent du football, volleyball, handball et basketball. « Je rêve de devenir un footballeur international comme Samuel Eto’o » rêve Ibrahim, jeune sportif. Les jeunes ont du talent, il faudrait juste profiter de leur disponibilité pour parfaire le génie qui sommeille en eux. Les enseignants et spécialistes du domaine s’attèlent à l’encadrement des jeunes. « J’ai été joueur de volleyball et c’est la discipline que j’enseigne. Je souhaite voir les jeunes jouer également et pourquoi pas participer aux grandes compétitions nationales » nous révèle Wataksa Julien, enseignant de sport.
Dans les agences de voyage, c’est la grande affluence. Le flux de vacanciers ne désemplit pas après 4 semaines de fermeture des établissements scolaires. Parents et enfants sont en mode villégiature en cette période sabbatique. Le responsable de l’agence Touristique Express de Ngaoundéré affirme que toutes les dispositions sont prises pour que les passagers arrivent à bon port. « Nous avons des départs 24h sur 24 et une rotation de chauffeurs pour gérer le problème de fatigue » déclare Abbe Berline, responsable à Touristique express.
Les vacances constituent un danger pour les jeunes. L’oisiveté et les mauvaises compagnies sont souvent la cause de nombreuses déperditions. La région de l’Adamaoua dépourvue d’espaces culturels et de loisir appropriés, ainsi que de stages suffisants, favorise les dérapages des enfants. Il faut bien s’amuser pendant les vacances mais à Ngaoundéré, les distractions manquent à l’appel et les dangers guettent les moins sages. Aussi, les spécialistes recommandent aux parents de plus s’impliquer dans l’encadrement de leur progéniture pour éviter le pire.

Share this

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

8 × 1 =