foumbanpalais
NEWSLETTER

Français     English

Share this

 

Le Palais des sultans Bamouns est un édifice historique de la ville de Foumban, capitale du Noun. Il est le siège du Royaume Bamoun, où réside le chef-supérieur des peuples de la vallée de la rive Est du Noun.

image: culturebene.com, palais Foumban

Le Palais royal de Foumban, où le roi des bamouns réside encore de nos jours, a été construit en 1917. Le Musée du Palais raconte l’histoire de la dynastie des rois Bamoun de 1394 à nos jours, avec des informations sur le plus célèbre des rois Bamoun, Ibrahim Njoya, décédé en 1933, qui créa à la fin du XIXe siècle, un système écriture appelé l’écriture shü-mom.

Le peuple Bamoun, situé dans les montagnes de l’ouest du Cameroun, a forgé son unité au cours des sept siècles d’existence du royaume. Le roi des Bamouns est de la dynastie de Nchare Yen, venue de Rifum (Mbankim). Les croyances religieuses en vigueur dans cette région sont aujourd’hui l’islam, venu du nord, et le christianisme, venu du sud.

Avec une superficie de 7 700 km² environ et 820 000 habitants, la région du Bamoun couvre plus de la moitié de l’actuelle Région de l’Ouest.

Le royaume est constitué d’un haut plateau (700m) à l’ouest, surmonté de trois massifs alignés – Mbapit (1910m), Nkogham et Mbam (2200. m) – et d’une plaine encaissée au pied de la falaise à l’Est de Foumban ; cette plaine longe la rive du Mbam jusqu’au point de confluence avec le Noun près de Bafia.

 Lire aussi : Marché de MUEA

L’actuel territoire des Bamouns a été unifié par les Tikar en plusieurs étapes.

On suppose que vers la fin du XIVe siècle, 200 à 300 personnes ont franchi le fleuve Noun à la suite du prince Nchare qui soumit sept principautés avant de s’établir dans un premier temps à Djimom. L’État Bamoun y est proclamé et Djimom devient la première capitale du royaume. Le pacte fondamental stipule que : « L’État Bamoun est né et Nchare en est le roi. Il désignera librement son héritier parmi ses fils. »

Lire aussi / Also read
Le Cameroun : un visage touristique unique

Les sept compagnons Kom, cosignataires, sont les conseillers intronisateurs du roi, chargés de garder la loi fondamentale en l’état et de veiller à son application. Leur fonction est héréditaire et ils sont autonomes.

De Djimom, Nchare soumet une dizaine d’autres ethnies et établit sa nouvelle capitale à Foumban après y avoir vaincu les Ba M’ben qu’il réinstalle dans un quartier de la ville.

Le royaume a alors une dimension presque circulaire dont le diamètre est de 30 km environ entre Djimom et Kundùm. La population se situe autour de 25 000 personnes.

Quand Mbuombuo Mandù devint le onzième monarque vers la fin du XVIIIe siècle, il entreprend de grandes conquêtes aux frontières naturelles du Mbam, de la Mapè et du Noun. Le territoire est multiplié par quatre.

 

Le Roi Njoya (1876-1933) et l’écriture royale

Njoya commence à gouverner vers 1892/1896, vers l’âge de 19 ans (il est né en 1876). À cette époque, progressivement, les religions monothéistes se substituent aux cultes traditionnels africains, ce qui préserve plus ou moins les convertis de la Traite négrière. Arrivé sur le trône, Njoya a écarté du palais comme le veut la tradition le 1er grand officier du palais, Gbetnkom, hérité de son père. Ce dernier, ne l’entendant pas de cette oreille, se soulève contre Njoya. Le jeune souverain décide de faire appel aux Peuls dulamidat de Banyo à quelque 200 km du pays bamoun. Leur soutien et celui de leur cavalerie sera décisif puisqu’ils permettent à Njoya de gagner la bataille. Impressionné, Njoya décide de se doter des éléments qui forgent selon lui la puissance de ceux qui l’ont aidé à gagner : une force armée dotée d’une cavalerie, des armes à feu, l’écriture et une religion monothéiste. Njoya forgea une religion inspirée à la fois de l’islam et du christianisme (prenant Ibrahim comme prénom, d’après le patriarche Abraham) et une écriture de 500 signes syllabiques. À son titre de Mfon (roi) il ajoute celui de Sultan.

Lire aussi / Also read
CAN 2019 : Quelles retombées pour le tourisme local ?

 

Dynasties Bamoun

1er NCHARE YEN 1394 – 1418
2e NGOUOPOU 1418 – 1461
3e MONJOU 1461 – 1498
4e MENGAP 1498 – 1519
5e NGOUH I 1519 – 1544
6e FIFEN 1544 – 1568
7e NGOUH II 1568 – 1590
8e NGAPNA 1590 – 1629
9e NGOULOURE 1629 – 1672
10e KOUOTOU 1672 – 1757
11e MBUEMBUE 1757 – 1814
12e GBETKOM 1814 – 1817
13e MBIEKOUO 1817 – 1818
14e NGOUHOUO 1818 – 1863
15e NGOUNGOURE 1863 (30 minutes)
16e NSANGOU 1863 – 1889
17e NJOYA 1889 – 1933
18e NJIMOLUH NJOYA 1933 – 1992
19e MBOMBO NJOYA 1993
Avec Wikipedia.org

by culturebene.com

Share this

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

3 × 3 =