À la Une Actualités Poliomyélite : Une synergie d’action sous régionale pour la...

Poliomyélite : Une synergie d’action sous régionale pour la riposte

-

- Advertisment -

Démarrée cette année en février, la vaccination contre le polio virus sauvage s’est poursuivie du 17 au 19 septembre dernier dans la région de l’Adamaoua de manière concertée avec les localités voisines du Nigéria et du Tchad.

Le danger que représente le poliovirus pour la santé publique plane. Dans le souci d’éradiquer la menace que constitue cette maladie pour les enfants, le gouvernement, camerounais à travers le Ministère de la santé publique et ses partenaires, a entrepris d’organiser de multiples campagnes de vaccination dans plusieurs régions. Le polio virus sauvage découvert au Nigéria dans l’État de Bornou a suscité une synergie d’action des pays riverains. Le Cameroun, de concert avec le Niger, le Nigéria et le Tchad a mobilisé les énergies pour contrer cette maladie invalidante.

La campagne réalisée du 17 au 19 septembre 2016 est le deuxième tour d’une série de cinq tours devant être menés cette année sur le territoire camerounais. Cette fois, 393 900 enfants âgés de 0 à 59 mois ont été ciblés dans 9 districts de santé pour la seule région de l’Adamaoua. « Au cours de cette campagne, les activités transfrontalières ont beaucoup été encouragées. La vaccination s’est faite au même moment dans les pays riverains. L’objectif étant d’éviter que le poliovirus se propage à travers les mouvements transfrontaliers des personnes. » a confié un superviseur de l’Unicef rencontré à Meiganga dans le département du Mbéré. Pour atteindre les résultats escomptés sur le terrain, les agents mobilisateurs sociaux ont été formés à l’avance et envoyés auprès des ménages. Cela a permis les sensibilisations et marquages des ménages pour faciliter le travail des vaccinateurs dans tous les districts de santé.

dose polio

Malgré le travail d’éducation en amont, les cas de refus ont été observés une fois encore dans cette campagne, preuve que les préjugés sur la vaccination demeurent. Dans les 30 cas recensés, les mobilisateurs ont intervenus à chaque fois pour persuader les responsables de familles en question d’accepter de faire vacciner leurs enfants. « Un cas de refus qui nous préoccupe n’a pas pu être géré dans la ville de Ngaoundal» précise Oumarou Sanda, superviseur régional en charge de la mobilisation sociale. Ce denier nous éclaire sur les arguments avancés par les acteurs de refus. « Certains avancent que c’est trop de vaccination pour leurs enfants et ne veulent plus. D’autres par contre craignent que cela rendent leur progéniture malade. Tandis que certains religieux prétendent que ce n’est pas le vaccin qui sauve mais plutôt Dieu » confie le superviseur régional. A lui d’ajouter que dans certains sites certains enfants n’ont pas reçu leurs doses parce que absents au passage des vaccinateurs.

Des obstacles existent qui freinent régulièrement le déroulement des campagnes telles que le climat et le relief. « En pleine saison pluvieuse les activités ne sont pas facilitées. Les zones reculées et accidentées à l’instar de Bankim, Kontcha, Mayo Baléo, etc. sont contraignantes en période de forte pluie. Le mouvement des équipes est freiné par la montée des eaux, l’absence de routes par endroit, le phénomène d’insécurité… » témoigne un superviseur de district habitué des campagnes. Les enfants non vaccinés pour une quelconque raison pourront être rattrapés du 8 au 10 octobre lors de la prochaine campagne en même temps que ceux déjà touchés ainsi que du 29 au 31 octobre 2016. C’est le seul moyen de prévention efficace contre la poliomyélite qui est une maladie invalidante qui rend l’enfant vulnérable, dépendant et peu productif au sein de la société et est jusqu’à lors sans traitement. Heureusement, aucun cas autochtone n’a été signalé dans l’Adamaoua depuis 2013, la population semble avoir compris la nécessité de faire systématiquement vacciner les enfants.

blank
chateaunews.comhttps://chateaunews.com
La rédaction de www.chateaunews.com

LES PLUS LUS

Dernières informations

- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you